Albi. Disparition de Delphine Jubillar : "Il surveillait son épouse"

Share

Le procureur de Toulouse a détaillé les éléments qui ont conduit à son arrestation: une dispute brutale le soir de la disparition de l'infirmière de 33 ans, une couette passée à la machine à laver, un deuil "très rapide", etc. Mais Cédric Jubillar continue de nier avoir tué son épouse, et son avocat l'appuie. "C'est incohérent à ce stade du dossier", a dit à l'AFP Jean-Baptiste Alary, l'avocat de Cédric Jubillar. Il est mis en examen, il n'est pas condamné. Et pendant sa garde à vue, "il a maintenu ses déclarations malgré de longs interrogatoires".

Placé en garde à vue à Gaillac dans le Tarn mercredi, dans le cadre de l'enquête sur la disparition de son épouse Dephine en décembre 2020, Cédric Jubillar est présenté, ce vendredi, à un juge du palais de justice de Touloue, selon le parquet.

On part sur une hypothèse très sévère - Me Jean-Baptiste Alary, avocat de Cédric Jubillar "
On n'a rien pour l'accabler", dit l'avocat pénaliste Me Georges Catala Il en faut plus que ça pour condamner quelqu'un.

Selon nos confrères de La Dépêche, les gardes à vue de la mère et du beau-père de Cédric Jubillar ont été levées.

Cédric Jubillar avait signalé aux gendarmes la disparition de la mère de ses deux enfants de 2 et 6 ans dans la nuit du 15 au 16 décembre à Cagnac-les-Mines, près d'Albi. Le couple était en instance de divorce.

Depuis six mois, ce groupe d'amies se démène pour tenter de retrouver Delphine Jubillar, en vain. "Jamais on n'aurait cru", déplore à son tour Valérie, amie de Delphine Jubillar.

Share