Macron avance une levée totale du couvre-feu en juin "si possible"

Share

Couvre-feu, terrasses, salles de sport. Les précisions de ce calendrier seront présentées par Emmanuel Macron lors d'une interview accordée à la presse régionale, à partir de ce soir.

Le couvre-feu sera repoussé à 23 heures.

Après la réouverture des crèches, des écoles maternelles et des écoles élémentaires, ce sera au tour des collégiens et des lycéens de retourner en salle de classe le 3 mai en demi-jauge.

Ensuite, il faudra attendre le 19 mai pour voir de vrais changements, à commencer par la réouverture (enfin!) des terrasses et le décalage du couvre-feu à 21h.

En effet, le président de la République a créé la surprise lundi 26 avril en évoquant lors d'un déplacement dans une école de Seine-et-Marne, que le gouvernement allait "essayer de le décaler un peu car 19 h c'est tôt".

Le chef de l'Etat, qui pourrait s'exprimer avant le 5 mai sur le calendrier de réouverture des activités, réunit mercredi un nouveau conseil de défense sanitaire, après s'être entretenu avec une dizaine de maires mardi.

Selon le Premier ministre, la campagne de vaccination "avance à un très bon rythme avec 469 000 personnes vaccinées sur la seule journée d'hier".

Les commerces pourront aussi rouvrir à cette date, avec des jauges et protocoles adaptés, de même que les musées, cinémas et théâtres - dans la limite de 800 personnes en intérieur et 1.000 en extérieur.

Par ailleurs, les membres des bureaux de vote des élections départementales et régionales seront "prioritaires" pour la vaccination, a indiqué mercredi le ministère de l'Intérieur dans une circulaire adressée aux maires, tout en demandant que soient d'abord sollicitées des personnes vaccinées. "Enfin on a les clés du déconfinement et on peut s'organiser pour travailler", s'est félicité auprès de l'AFP Roland Héguy, président de l'Umih, principal syndicat du secteur, alors que du côté des indépendants (GNI), Didier Chenet s'est dit "déçu de ne pas rouvrir pour le week-end de l'Ascension". "Les mesures seront nationales, mais nous pourrons actionner des 'freins d'urgence' sanitaires dans les territoires où le virus circulerait trop", prévient le chef de l'Etat. Mardi, 338 nouveaux décès de malades du Covid-19 ont été comptabilisés dans les hôpitaux, portant le bilan à 103.632 morts depuis le début de l'épidémie.

Pour l'heure, 14,9 millions de personnes ont reçu au moins une injection, dont plus de 6 millions ont reçu leurs deux doses (soit 11,5% de la population majeure). "L'objectif d'atteindre les 15 millions de personnes primo-vaccinées d'ici la fin de cette semaine et les 20 millions à la mi-mai est tout à fait à notre portée", a-t-il ajouté, en précisant que "60% des personnes ayant plus de 60 ans auront été vaccinées en première injection" mercredi soir.

Le but de ces mesures est de permettre le "retour à une vie aussi normale que possible", a martelé le chef de l'Etat, qui compte "reprendre (son) bâton de pèlerin et aller dans les territoires" dès "le début du mois de juin".

Et "tant je serai là, il n'y aura pas de hausses d'impôts en sortie de crise", a-t-il assuré.

Share