En France, plusieurs ministres auraient participé à des dîners clandestins

Share

"J'ai dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants soi-disant clandestins" affirme-t-il.

Il suffit de quelques clics sur internet pour reconnaître ces lieux de réceptions clandestines. Et l'un des organisateurs de ces agapes, le médiatique collectionneur Pierre-Jean Chalençon, y affirmait même avoir déjeuné avec des ministres.

Dans le communiqué transmis par son avocat à l'AFP, il se rétracte et affirme qu'il s'agissait d'humour et qu'il maniait "le sens de l'absurde" en assurant que des ministres participaient à ces repas, rapporte France Info.

Dans une vidéo publiée le 1er février sur YouTube, Pierre-Jean Chalançon évoque les dîners organisés avec Christophe Leroy.

Les deux personnages au cœur du scandale sont Pierre-Jean Chalençon, collectionneur célèbre notamment pour sa participation remarquée à l'émission de France 2 "Affaire conclue", et Christophe Leroy, alias, le chef des stars, celui qui avait concocté le menu du mariage de Johnny Hallyday.

Au vu des images de M6 et de leurs précédentes publications sur les réseaux, l'homme a été identifié par plusieurs médias et internautes comme étant Pierre-Jean Chalençon, propriétaire du "Palais Vivienne", situé dans le centre de Paris.

Contacté par CheckNews, le chef Christophe Leroy nie fermement toute implication: "Je n'ai aucun restaurant".

Le procureur de la République, Rémy Heitz, a annoncé dimanche en fin de journée avoir saisi "la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne d'une enquête des chefs de mise en danger d'autrui et de travail dissimulé", afin de "vérifier si des soirées ont été organisées en méconnaissance des règles sanitaires et de déterminer quels en ont été les éventuels organisateurs et participants".

Afin de vérifier la véracité des faits dans cette affaire qui pourrait éclabousser des ministres, la préfecture de police de Paris a ouvert une enquête à la demande du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Mais dimanche soir, Pierre-Jean Chalençon a fait machine arrière concernant la présence de ministres.

"Non seulement on doit les respecter [les règles] comme tous les citoyens, mais en plus on a un devoir d'exemplarité", a estimé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur LCI. "Quelle image va-t-on ressortir de nous les restaurateurs?" "Il n'y a de passe-droit pour personne et je serais curieux que ce restaurateur donne le nom des ministres s'il est si bien informé que ça ".

Également interrogé lors du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro ce dimanche, Bruno Le Maire s'est dit "convaincu" qu'aucun ministre n'y était présent. Dimanche, certaines de ces invitations et menus en ligne ont subitement disparu, mais des captures d'écran ont déjà été maintes fois reprises par des internautes.

L'entourage de Gabriel Attal avait également dû assurer à l'AFP que "Gabriel Attal a découvert cet extrait ce soir sur Twitter avec beaucoup d'étonnement". Il ne connaît pas M. Chalençon et n'a évidemment jamais participé à un quelconque dîner ou soirée. "Si des ministres ou des députés" ont participé à des soirées illégales, "il faut qu'ils soient pénalisés comme n'importe quel citoyen", en écopant d'"amendes", a estimé la ministre déléguée à la Citoyenneté dans "Le Grand Rendez-vous Europe 1-Les Échos-CNews" - une contravention de 135 euros est prévue a minima pour participation à une "réunion interdite" sous état d'urgence sanitaire.

Share