Seine-Maritime. Attention, des changements pour les attestations de déplacement

Share

Mais le confinement allégé a commencé sur un couac avec la suppression express de l'attestation de sortie en journée jusqu'à 10 kilomètres.

Avec ses petites notes, ses astérisques, et presque plus d'exceptions que de règles, cette attestation a nécessité un décryptage des médias et des précisions du ministère de l'Intérieur, notamment sur la toute nouvelle règle des 30 kilomètres pour les achats.

La nouvelle attestation pour les 16 départements sous confinement ne comprend plus que 12 motifs de sortie, contre 15 dans sa précédente version.

Preuve que le document de deux pages est trop complexe.

Aisne, Alpes-Maritimes, Essonne, Eure, Hauts-de-Seine, Nord, Oise, Paris, Pas-de-Calais, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Seine-Maritime, Somme, Val-de-Marne, Val-d'Oise et Yvelines, voici la liste des départements concernés qui totalisent vingt-et-un millions d'habitants, dont douze millions dans la région parisienne.

Camille Chaize, porte-parole du ministère de l'Intérieur indiquait samedi matin au micro de RTL: "Je vous l'accorde, l'attestation est un peu complexe". Aucune attestation n'est donc nécessaire pour tous les déplacements dans un rayon de 10 km autour du domicile.

Par contre, à compter d'aujourd'hui, samedi 20 mars, l'attestation est toujours obligatoire pour se déplacer entre 19 h et 6 h sur l'ensemble du territoire durant le couvre-feu. Seuls certains motifs (consulter un médecin, sortir son chien.) sont acceptés entre 19h00 et 06h00 du matin, période de couvre-feu pour toute la France métropolitaine. Mais même si les promenades sont autorisées dans un rayon de 10 km, " les grands regroupements ne sont pas permis ", a souligné Camille Chaize, en recommandant " une limite de six personnes en extérieur ". "Selon le gouvernement, cela porte à 90 000 le nombre de commerces désormais fermés". "Nous faisons du sur-mesure", s'est justifié le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire.

►À lire: Reconfinement en France: une "troisième voie" mais quel coût pour les entreprises?

A Rouen, dont le département (la Seine-Maritime) fait partie des 16 concernés par les nouvelles restrictions, la plupart des habitants interrogés par l'AFP estiment que ces nouvelles mesures, beaucoup moins strictes qu'il y a un an, ne changeront guère leur quotidien. Comme de nombreux épidémiologistes l'avaient prévu et malgré ce qu'espérait Emmanuel Macron, l'épidémie est repartie à des niveaux inquiétants. " D'autres départements ou régions vont probablement entrer dans ce type de dispositif dans les quinze jours ou trois semaines ", a pronostiqué dans Nice-Matin un membre du Conseil scientifique qui guide le gouvernement, Olivier Guérin.

Les indicateurs n'ont pas été publiés vendredi à cause d'un incident technique, selon l'agence sanitaire Santé publique France. Mais la veille, le pays avait enregistré près de 35 000 nouveaux cas en 24 heures et comptait 4 250 patients en réanimation (un quart en Ile-de-France).

Share