Le comité national de vaccination recommande le maintien du vaccin AstraZeneca

Share

Face à la polémique, les autorités sanitaires clarifient enfin leur position sur l'utilisation du vaccin AstraZeneca-Oxford. Ce mardi 16 mars néanmoins, une réunion du Comité national scientifique s'est prononcée sur l'utilisation du vaccin, recommandant "de maintenir la vaccination par le vaccin AstraZeneca".

Sept États européens, dont l'Allemagne et la France, ont allongé en début de semaine la liste d'une quinzaine des pays ayant suspendu l'administration du vaccin d'AstraZeneca suite à des problèmes, tels que des difficultés à coaguler ou la formation de caillots. Le ministre allemand a ainsi déclaré que 7 cas de thromboses veineuses cérébrales ont été relevés depuis le 8 février sur les 1,7 million de vaccinés.Soit quatre cas par millions d'habitants."Une accumulation remarquable à proximité temporelle des vaccinations", a-t-il signalé. Plus de 4 millions de personnes, soit 11 % de la population, ont déjà reçu au moins une dose des deux vaccins tandis que plus de 1,7 million de personnes ont reçu la deuxième injection. Concernant les deux autres cas, le lien entre le vaccin et l'événement thromboembolique "n'a pas été établi", révèle le comité. "Ces phénomènes ont été causés par d'autres types de pathologie", nous confirme Moulay Mustapha Ennaji, directeur du laboratoire de virologie de l'Université Hassan II de Casablanca, membre du comité scientifique national de vaccination. Au Royaume-Uni, 35 cas ont été rapportés pour 9.700.000 doses de vaccins (0,04 pour 1000), développe le comité dans son avis.

Pour tenter de ramener la confiance dans ce produit qui, selon un sondage Elabe, n'est jugé fiable que par 22% des Français, le premier ministre Jean Castex s'est dit, mardi soir, prêt à se le faire injecter "très rapidement" dès qu'il y sera à nouveau autorisé.

Les experts siégeant dans le comité ont exclu un cas qu'ils n'ont pas retenu comme cas de maladie thromboembolique. Et de conclure: "Les vaccins utilisés dans la campagne vaccinale continueront à faire l'objet d'un suivi des événements indésirables post-vaccinaux, tout en maintenant la veille scientifique".

Share