Macron promet une vaccination générale "d'ici la fin de l'été"

Share

Le président a reconnu que le rythme de vaccination " peut paraître trop lent " par rapport à d'autres pays comme la Grande-Bretagne ou les États-Unis.

Un troisième vaccin autorisé et la promesse d'avoir vacciné "tous les Français qui le souhaitent" "d'ici la fin de l'été": le gouvernement tente de passer la vitesse supérieure dans sa gestion de l'épidémie de Covid-19 après avoir refusé d'imposer un nouveau confinement dans l'immédiat. Il sera sans doute d'abord utilisé pour les soignants de moins de 60 ans et ensuite " proposé par tranches d'âge ", en commençant par les plus âgés, a-t-il ajouté. "Nous espérons faire encore plus", a-t-il affirmé, soulignant l'importance "d'adapter les vaccins" et "d'anticiper les rappels vaccinaux" face aux variants qui essaiment un peu partout dans le monde.

" Mais je défends la stratégie que nous avons adoptée avec l'Allemagne, avec l'Union européenne, qui est précisément de vacciner en Europe ".

"Quant au vaccin russe Spoutnik-V, dont la revue scientifique Lancet a confirmé l'efficacité, il a expliqué qu'il serait utilisé si les autorités sanitaires le valident".

Le président avait réuni les grands acteurs pharmaceutiques français et européens cet après-midi pour les encourager à accroître et accélérer la production de vaccins contre le Covid-19 en France et en Europe. Et, en fonction de ses résultats et des preuves " qu'il est efficace, la France décidera ou non de l'utiliser".

Il a ainsi assuré que la production de vaccins anti-COVID-19 commencerait fin février ou début mars sur le sol français, dans quatre sites. "Ce n'est pas une décision politique, c'est une décision scientifique, et heureusement ".

En outre, 23.337 cas positifs ont été enregistrés dans les dernières 24 heures, selon l'agence sanitaire. En l'espace des dernières 24 heures, 1.176 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées. Le taux de positivité des tests n'est pas disponible, mais à la date du 28 janvier, il était de 6,8 %. Il a aussi estimé que, "début mars", auront été vaccinés les 80% des pensionnaires des Ehpad qui le souhaitent, soit 500.000 personnes.

Selon un dernier bilan lundi soir, on comptait plus de 1,54 million de premières injections en France, alors que 2,6 millions de doses ont déjà été reçues en France et 1,1 million de plus sont attendues d'ici à la fin de la semaine, selon des données du ministère.

Share