Fin du développement de jeux chez Google — Stadia

Share

Lancée en novembre 2019, la plateforme de cloud gaming de Google est encore loin de faire le poids face à des mastodontes tels que Sony, Microsoft ou Nintendo. Une place qui se fera uniquement en tant que plateforme de cloud gaming et non pas en tant qu'éditeur ni développeur de jeu vidéo. Google annonce la fermeture de Stadia Games and Entertainment.

Google va cesser de développer ses propres jeux pour sa plate-forme de diffusion Stadia. Malheureusement, c'est déjà le clap de fin pour ces studios, puisque Google arrête le développement de jeux.

En parallèle du lancement de Stadia, la firme de Mountain View avait ouvert deux studios de développement chapeautés par Jade Raymond, productrice de jeux vidéo qui a notamment travaillé sur des licences telles que Les Sims, Assassin's Creed ou encore Watch Dogs. Si Stadia ne parvient pas à percer, c'est surtout à cause de son manque d'exclusivités, ce que les studios internes devaient apporter.

" Le cycle complet de conception de jeux de qualité supérieure nécessite de nombreuses années de travail et des investissements importants, et les coûts augmentent de façon exponentielle ", justifie Google, qui ne veut donc plus dépenser des millions dans ce domaine.

" En décidant de nous concentrer sur la technologie éprouvée de Stadia et l'approfondissement de nos partenariats commerciaux, nous avons décidé de ne pas investir davantage dans du contenu exclusif de notre équipe de développement interne SG&E, au-delà des jeux prévus à court terme", écrit Phil Harrison, vice-président et directeur général de Google Stadia, dans un article de blog.

- Google continuera tout de même d'exploiter son service de streaming en envisageant de faire profiter sa technologie aux éditeurs tiers par le biais de nouveaux partenariats qui seront gérés par Phil Harisson.

Dans les faits, cette annonce ne devrait pas changer grand-chose pour les joueurs. Les studios Stadia Games & Entertainment seront fermés. L'ex-prodige d'Ubisoft n'est évidemment pas la seule à perdre son emploi puisque 150 employés sont touchés par cette restructuration, même si Phil Harrison que chacun d'entre eux seront affectés dans d'autres secteurs de l'entreprise.

Share