Vendée Globe : Yannick Bestaven vainqueur à l'issue d'une nuit de folie

Share

Une heure après l'arrivée de Charlie Dalin, les calculettes allaient bon train, jusqu'au coup de tonnerre de la soirée: le choc entre le monocoque de Boris Herrmann et un chalutier dans les eaux encombrées du Golfe de Gascogne.

La neuvième édition de la course autour du monde en solitaire s'est jouée dans les toutes dernières heures, dans un scénario inédit. Ces bonifications - six heures pour Herrmann et dix heures et quinze minutes pour Bestaven, ne pouvaient être prises en compte qu'une fois la ligne franchie. Tout a démarré mercredi à 20h35 quand Charlie Dalin (Apivia) a franchi le premier la ligne d'arrivée au large des Sables d'Olonne, entouré d'une armada de bateaux qui scintillaient de rouge, vert et bleu.

Si ces derniers jours, il était rassuré sur son positionnement à l'issue de la course, rien n'a été joué pour la victoire finale jusqu'à la dernière minute. Navigateur frustré, Yannick Bestaven allait devenir un entrepreneur comblé à travers sa société Watt § Sea, qui équipe la plupart des Imocas de ce Vendée Globe. Les trois navigateurs évoluent dans le Top 10 de la flotte, et deux d'entre eux, Herrmann et Bestaven sont même dans le groupe des cinq premiers, qui se tiennent tous dans un mouchoir de poche.

La neuvième édition du Vendée Globe a été remportée par Yannick Bestaven (Maître Coq IV) en 80 jours 3 heures et 44 minutes et les deux autres marches du podium sont occupées par Charlie Dalin (Apivia) et Louis Burton (Bureau Vallée 2). C'en était fini pour le navigateur allemand, qui terminera son périple au ralenti, pour une arrivée entre 10h00 et 11h00 jeudi matin, laissant le champ libre à Bestaven.

Yannick Bestaven, un Rochelais de 48 ans, qui filait déjà bien vite, a redoublé de puissance. Le vainqueur, lui, sera connu une fois que Herrmann et Bestaven auront bouclé leur tour du monde en solitaire.

Son souvenir le plus marquant de cette course de quatre-vingts jours, "c'est le passage du Cap Horn, le passer en tête c'était une première victoire".

Читайте также: Covid-19 : malgré l’interdiction, un restaurateur niçois sert ses clients à table

Arrivé un peu avant l'aube dans le chenal des Sables-D'Olonne, Yannick Bestaven est escorté par les cornes de brume et les acclamations d'un public massé aux fenêtres des immeubles, à défaut du public dont la présence a été interdite en raison de la pandémie de Covid-19.

Concernant la victoire sur le fil de Yannick Bestaven, avec un écart de seulement 2h30, Charlie Dalin a estimé, toujours sur Europe 1: "C'est tout à fait normal que quand on se déroute pour aller sauver quelqu'un, on ait des compensations en temps". À commencer par celui de la quatrième place, dévolue provisoirement à Thomas Ruyant, arrivé vers 6 heures, jeudi 28, dans la baie des Sables d'Olonne. Mais il pourrait, là encore être devancé après coup au classement par Jean Le Cam (Yes We Cam!). Après son échec de 2008, il avait choisi de monter une entreprise et de valoriser son choix technique, lors de son Vendée Globe interrompu, d'embarquer à bord un hydrogénérateur de son invention.

Retrouvez ici une interview réalisée jeudi soir, quelques heures après l'arrivée.

Ce serait donc huit bateaux arrivés en une journée, du jamais vu.

Le 8 novembre, 33 skippers avaient pris le départ.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2021 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Share