États-Unis: l'acte d'accusation contre Trump sera transmis lundi au Sénat

Share

"Une fois les dossiers rédigés, l'exposé par les parties commencera la semaine du 8 février", a affirmé vendredi soir Chuck Schumer, le chef démocrate du Sénat.

Un argument qu'avait d'ailleurs évoqué Mitch McConnell afin de retarder le début des débats. "Nos procureurs sont prêts à défendre leur dossier devant les 100 sénateurs qui serviront de juges pendant le procès ", avait confirmé Nancy Pelosi dans un communiqué. Il a admis avoir demandé aux démocrates de s'abstenir de porter l'affaire jusqu'au 28 janvier (officiellement, la Chambre des représentants, qui a déjà voté "pour" la destitution, doit envoyer une motion au Sénat pour lancer la procédure).

Selon un sondage Reuters/Ipsos, 51% des Américains estiment que Donald Trump doit être reconnu coupable par le Sénat d'incitation à l'insurrection.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat plaidait pour que le procès ne débute pas avant la mi-février.

M. Schumer a déclaré qu'il s'agirait "d'un procès complet, d'un procès équitable".

Jugé pour "incitation à l'insurrection", Donald Trump est accusé d'avoir incité ses partisans à se lancer à s'introduire dans le Capitole le 6 janvier. "Nous avons besoin d'un procès complet et équitable, lors duquel l'ancien président pourra se défendre et le Sénat considérer toutes les questions factuelles, légales et constitutionnelles ", a-t-il déclaré. "Vous devez montrer de la force et vous devez être forts", avait-il lancé à ses partisans, en les appelant à défiler "pacifiquement et de façon patriotique".

Le nouveau président américain Joe Biden n'interférera pas dans les mécanismes de la procédure de destitution contre le président sortant Donald Trump et laissera le Sénat décider des modalités de la procédure, a déclaré mercredi la porte-parole de la Maison Blanche. Le Sénat, contrôlé par les républicains, l'avait rapidement acquitté. Même Mitch McConnell, qui fut l'un de ses plus solides alliés pendant sa présidence, a fait savoir qu'il n'excluait pas de le juger coupable.

Selon les règles stipulées dans la Constitution, un seuil des deux tiers des voix est requis pour qu'un président soit condamné.

L'avenir politique de Donald Trump reste au cœur des débats aux Etats-Unis après son départ de la Maison Blanche.

Share