Ottawa défend la poursuite du projet d'oléoduc Keystone XL

Share

Le président élu américain Joe Biden prévoit d'annuler le projet controversé d'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les États-Unis par un décret présidentiel dès son investiture le 20 janvier, ont affirmé dimanche 17 janvier les chaînes canadiennes CBC et CTV. La décision prêtée à Joe Biden de l'annuler "met des bâtons dans les roues de la relation Canada/Etats-Unis", confirme Ryan Katz-Rosene, professeur de politique à l'université d'Ottawa.

Le projet du groupe canadien TC Energy, de quelque 8 milliards de dollars américains (6,6 milliards d'euros), doit permettre d'acheminer plus de 800 000 barils de pétrole par jour, sur près de 2 000 kilomètres, entre la province canadienne d'Alberta et les raffineries américaines du golfe du Mexique.

Le président républicain sortant Donald Trump a fait de l'aboutissement de ce projet l'une des principales promesses de sa campagne électorale, après que l'ancien président démocrate Barack Obama - dont Joe Biden était le vice-président - a stoppé en 2015 la construction de cet oléoduc pour des raisons environnementales.

Le projet fait débat depuis de nombreuses années et pourrait bien être enterré par la nouvelle administration démocrate américaine. La province navigue en plein marasme économique avec l'effondrement des prix du pétrole, conséquence notamment de la pandémie de coronavirus.

Le chef du gouvernement canadien, Justin Trudeau, se retrouve dans une position délicate. D'un autre côté, il représente une manne économique potentielle considérable pour ce grand exportateur de pétrole.

Le chef du parti conservateur, Erin O'Toole, a également ajouté qu'une telle décision allait "dévaster des milliers de familles canadiennes déjà durement touchées par la crise économique".

Share