Cacophonie entre Biden et Trump sur la réouverture des frontières américaines

Share

Avant d'être immédiatement contredit par la porte-parole du futur président Joe Biden.

La première Dame Melania Trump a publié un message d'adieu lundi alors qu'elle se prépare à quitter la Maison-Blanche, déclarant que "la violence n'est jamais la solution", quelques jours après l'assaut de partisans du président au Capitole.

Pour ralentir la progression de la pandémie, Donald Trump avait fermé les frontières des Etats-Unis aux 26 pays de l'espace Schengen le 11 mars 2020, puis au Royaume-Uni et à l'Irlande le 14, avant d'en faire autant pour le Brésil le 24 mai.

Cette décision est liée à l'instauration, à la même date, d'une obligation de présenter un test négatif de dépistage du coronavirus à l'entrée sur le territoire américain, a indiqué le chef de l'Etat dans un communiqué.

"Ce n'est pas le moment de lever les restrictions sur les déplacements internationaux", a déclaré, sur son compte Twitter, Jen Psaki, déjà sur le pont alors qu'elle doit officiellement prendre ses fonctions de porte-parole mercredi. Pas de quoi rassurer le futur gouvernement, très inquiet par les plus de 20 000 morts du Covid sur les six derniers jours.

C'est un nouvel épisode d'une transition sans précédent dans l'histoire moderne des Etats-Unis, le président sortant Donald Trump entendant limiter au minimum les contacts avec l'équipe de Joe Biden.

Le variant britannique a déjà fait son chemin jusqu'aux Etats-Unis, où il a été retrouvé chez des patients dans plusieurs régions. A Washington, bien sûr, la capitale fédérale où aura lieu la cérémonie mercredi. La campagne de vaccination a également connu de nombreux ratés: 10,5 millions de personnes ont été vaccinées dans le pays, mais moins de 40% des doses distribuées ont été administrées à ce jour. De l'autre, Joe Biden veut jouer la prudence et cherche davantage à donner aux Américains les ressources économiques nécessaires pour tenir jusqu'à la fin de la pandémie, notamment avec un plan de soutien massif de 1 900 milliards de dollars.

Le président des États-Unis, Donald Trump, finalise une nouvelle batterie d'une centaine de pardons qui annoncera mardi, sa dernière journée complète en tant que président, selon des sources citées par divers médias et qui recueillent les détails d'une réunion tenue dimanche à la Maison Blanche.

Share