Didier Deschamps en veut encore à Karim Benzema — Equipe de France

Share

La chasse-à-courre, le conflit Didier Deschamps / Karim Benzema et la jeunesse sacrifiée lors de cette crise sanitaire ont constitué les sujets du soir.

La cicatrice Benzema est toujours ouverte chez Didier Deschamps.

Récemment, l'ancien directeur du service presse des Bleus, Philippe Tournon, est revenu sur cet épisode. "Je n'oublierai jamais", a expliqué, très fermement le sélectionneur national, qui avait eu droit suite aux propos de Karim Benzema à des attaques musclées de différentes personnalités du football, on pense à Eric Cantona, mais également du show-business. "Ça, c'est factuel même si peu en parlent", a rajouté Deschamps. Ce samedi, c'est pour la première fois Deschamps lui-même qui a accepté de se confier sur cette affaire.

Les élections pour la succession (ou le renouvellement) de l'actuel président, Noël Le Graët, sont prévues le 13 mars prochain, et le champion du monde 98 a donc décidé de soutenir Michel Moulin. "Quand ça me concerne sur mes choix de sélectionneur, la tactique, l'aspect technique, ça a lieu d'être et ça n'a pas d'importance. Là, ça franchit la ligne blanche", commence-t-il à expliquer avant de poursuivre. Je prends toujours mes décisions en mon âme et conscience, pour le bien de l'équipe de France. Pour moi, c'est inacceptable. Ça lui sert surtout à lui car il sait qu'il sera repris en tenant de tels propos. J'en subis les conséquences. Je ne peux pas oublier. On le voit, la cicatrice est loin d'être refermée et ces déclarations confirment, si besoin était, que l'on n'est pas près de revoir un jour Benzema, dont la dernière sélection remonte à octobre 2015 contre l'Arménie (4-0), porter le maillot frappé du coq... N'hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone "Ajouter un commentaire".

Share