L’activité économique va chuter de 15 %, estime le gouvernement — Confinement

Share

Bruno Le Maire compte défendre, en ce retour de confinement, le soutien à l'activité économique "contre vents et marées ". Chômage partiel, exonération de charges sociales, fonds de solidarité, prêts garantis d'Etat: les dispositifs utilisés avec succès sont reconduits, mais pour des montants souvent supérieurs, signe de l'aggravation de la crise.

Le gouvernement français prévoit désormais une contraction du produit intérieur brut (PIB) de l'ordre de 11% en 2020 contre -10% prévu avant le reconfinement entré en vigueur ce vendredi pour au moins quatre semaines, a annoncé le ministre de l'Economie, des finances et de la relance.

Il prévoyait jusqu'ici une baisse de 10 %. "On va avoir un quatrième trimestre qui va être difficile, forcément, on est confiné, l'économie française va tourner moins fort que d'habitude", a prévenu le ministre sur France inter. L'activité devrait ainsi se contracter de 15% durant le confinement selon lui, avec la fermeture imposée des commerces, restaurants ou encore des lieux de culture.

Cette aide sur les loyers, évaluée à un milliard d'euros, est cumulable avec le fonds de solidarité.

Lors du premier confinement, l'exonération des cotisations sociales se limitait aux entreprises de moins de 10 salariés fermées administrativement et aux PME de certains secteurs d'activité. Les chefs d'entreprise pourront en différer le remboursement pour un an supplémentaire. Plusieurs leviers concernent les opérateurs du tourisme, de l'événementiel et de l'hôtellerie-restauration. Le gouvernement a provisionné 500 millions d'euros à cette fin. Un renforcement massif de ce fonds qui d'ores et déjà se chiffre pour Bercy: 6Mds€ par mois de confinement.

Le mouvement d'exonérations et de report de cotisations sociales entamé au printemps va s'amplifier. Les entreprises du tourisme, de l'événementiel, de la culture et du sport pourront également prétendre à ce soutien dès lors que leur chiffre d'affaires chute de 50 %.

Toutes ces entreprises de moins de 50 salariés, qui ne ferment pas mais qui subissent une perte de chiffre d'affaires d'au moins 50%, bénéficieront également de cette indemnisation mensuelle allant jusqu'à 10 000 €.

Les indépendants dont l'activité sera arrêtée en raison de l'enfermement verront "leurs retraits sont automatiquement suspendus et ils n'auront aucune démarche administrative à faire". Ces exonérations de charges représentent 1 milliard d'euros.

Très attendu par les entreprises, le remboursement du prêt garanti par l'État (PGE) pourra être reporté. Leur amortissement pourra s'étaler sur une à deux années supplémentaires et démarrer à partir de 2022, à un taux compris entre 1 et 2,5 %. Tout bailleur qui sur les trois derniers mois de 2020 accepte de renoncer au moins à un mois sur les trois mois qui lui sont dus pourra donc bénéficier d'un crédit d'impôt de 30% du montant des loyers abandonnés. "Tout cela est dans l'intérêt commun, justifie Bruno Le Maire, car il est préférable de toucher une somme de loyer inférieure plutôt que d'avoir son locataire qui est en défaut et se retrouve dans une multiplication d'impayés dommageable pour tout le monde ".

Un crédit d'impôt pour renoncement à un loyer ¶

.

Toutes les entreprises éligibles, quel que soit le cas de figure, pourront recevoir leur indemnisation en se déclarant sur le site de la direction générale des finances publiques, à partir de début décembre. Par ailleurs, toutes les entreprises industrielles ont vocation à rester ouvertes, notamment dans le bâtiment et les travaux publics.

Share