Selon un rapport d’expertise, Curtis a tué Elisa Pilarski

Share

Elisa Pilarski, une jeune femme de 29 ans, enceinte de 6 mois, avait été retrouvée morte " dévorée " dans une forêt à Saint-Pierre-Aigle, en novembre 2019.

L'expertise montre aussi que Curtis n'est pas un croisé de patterdale terrier et whippet, comme l'affirme son maître, mais un american pitbull terrier, chien interdit en France qui a été illégalement importé des Pays-Bas avec des documents falsifiés. Deux experts vétérinaires cités par la justice viennent de rendre leur rapport, dont les conclusions sont sans appel: Curtis est bien le seul responsable de la mort de sa maîtresse. L'écart entre les crocs supérieurs est au minimum de 4,4 cm sur les chiens de chasse, l'écart de ceux de Curtis est de 3,6 cm.

D'après France 3, l'avocat du compagnon de la jeune femme va demander une contre-expertise. Il n'y aurait que ses morsures sur le corps de la victime. Or sur les blessures d'Elisa, aucune lésion ne présente un écartement de plus de 3,6 cm.

Elisa Pilarski n'avait aucune possibilité de se défendre, selon les experts. D'après l'autopsie, le décès a pour origine "une hémorragie consécutive à plusieurs morsures" d'un ou plusieurs chiens.

Les vétérinaires estiment par ailleurs que les chiens qui effectuaient la chasse à courre ne sont dressés qu'à attaquer certains types d'animaux et qu'il est peu probable qu'ils s'en prennent à l'homme. Une conclusion possible puisque les mâchoires de Curtis et des 62 chiens de chasse à courre avaient été mesurées.

Curtis, examiné par des vétérinaires, présentait après le drame "plusieurs excoriations cutanées [écorchures, ndlr] sur son museau et le chanfrein [entre la truffe et les yeux, ndlr]".

Share