Achats "non essentiels" et jauges : de nouvelles règles dans les grandes surfaces ?

Share

Le Premier ministre était l'invité dimanche soir d'Anne-Claire Coudray au journal de 20h00 de TF1, alors que la polémique montait sur la fermeture des petits commerces pendant le confinement.

Dans un discours de fermeté, il a été encore plus loin, annonçant qu'à partir de mardi, les grandes surfaces ne pourront plus vendre que les produits de première nécessité.

"Je comprends la lassitude de nos concitoyens, les difficultés des uns et des autres", a-t-il aussi indiqué, rappelant les "proportions dramatiques" prises par la pandémie de coronavirus, en citant les chiffres du jour, notamment les 231 morts dans ces dernières 24 heures. Jean Castex s'était entretenu en visioconférence avec les fédérations professionnelles ainsi que les associations de commerçants de proximité et il s'est exprimé à ce sujet. "La logique du confinement, c'est de limiter au maximum les possibilités de sortir, de se croiser", a-t-il estimé.

"Non, nous ne reviendrons pas sur les mesures annoncées, c'est beaucoup trop tôt".

Il pourrait être, selon lui, accompagné d'un durcissement des "jauges" de clients dans les grandes surfaces, c'est-à-dire le nombre de personnes admises en même temps.

Le Premier ministre a dit avoir reçu l'ensemble des professionnels du secteur ce dimanche.

"Cette décision ne passe pas auprès de la grande distribution qui se fait entendre par l'intermédiaire de la fédération de la grande distribution qui a fait part de sa " totale incompréhension " et son " opposition " à une fermeture de ses rayons " non-alimentaires", envisagée par le gouvernement pour apaiser les petits commerçants.

Pour Intermarché, Leclerc, Carrefour ou Lidl, une telle mesure "manque de justification sur le plan sanitaire", "compliquerait la vie des Français" et serait "techniquement très difficile à mettre en œuvre dans de nombreux magasins".

"Il y a aujourd'hui des discussions sous l'égide du Premier ministre avec les partenaires sociaux, avec les représentants des commerçants, pour regarder comment on peut aller plus loin dans cet enjeu d'équité" entre grandes surfaces et petits commerces, a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur France Inter. "Des dizaines de milliers d'emplois sont en jeu".

Share