Emmanuel Macron comprend que les caricatures puissent "choquer" mais dénonce la violence

Share

Il a, dans ce contexte, regretté le fait de voir certains dirigeants politiques et religieux s'inscrire dans une logique de manipulation en faisant croire à l'opinion publique que l'Etat français était bel et bien à l'origine de ces dessins hostiles à l'Islam.

" Je comprends qu'on puisse être choqué par des caricatures, mais je n'accepterai jamais qu'on puisse justifier la violence. Nos libertés, nos droits, je considère que c'est notre vocation de les protéger ", a déclaré le chef de l'Etat français dans des extraits de cet entretien dont l'intégralité doit être diffusée à 16H00 GMT par la chaîne qatarie.

" Les réactions du monde musulman ont été dues à beaucoup de mensonges, et au fait que les gens ont cru comprendre que moi, j'étais favorable à ces caricatures" a-t-il affirmé.

Il a également qualifié d'"indigne" et "inadmissible" la campagne de boycott des produits français lancée dans certains pays musulmans.

Le Premier ministre Jean Castex s'est rendu samedi à Rouen pour exprimer son soutien à la communauté catholique, d'abord à la cathédrale de Rouen puis à Saint-Etienne du Rouvray, endeuillé en 2016, par l'assassinat du père Hamel. Une attaque au couteau qui a fait trois morts et exacerbé le sentiment de haine raciale en France où des groupuscules identitaires extrémistes de droite ont appelé à s'en prendre aux musulmans et à incendier des mosquées pendant la prière.

"Contrairement à ce que j'ai beaucoup entendu ces derniers jours, notre pays n'a de problème avec aucune religion", et notamment l'islam, affirme-t-il, alors qu'il a été présenté comme "un ennemi de Dieu" par des manifestants à Jerusalem-est vendredi.

Emmanuel Macron a ajouté comprendre que des musulmans puissent être "choqués" par les caricatures de Mahomet, mais qu'elles ne justifiaient pas la violence, dans un entretien à la chaîne Al-Jazeera, très regardée dans le monde musulman où les manifestations se multiplient contre les caricatures. Un appel au boycott des produits français a été lancé après le discours d'Emmanuel Macron prônant la liberté d'expression et défendant la publication de caricatures.

Suite au flot de critiques déclenché dans plusieurs pays islamiques par la déclaration du président français, à l'occasion du discours d'hommage à Samuel Paty, Emmanuel Macron semble vouloir apaiser la situation en clarifiant ses propos.

Share