Que va annoncer Jean Castex ce jeudi — France / Reconfinement

Share

Selon ce dernier, les hôpitaux vont faire face à une situation "extrêmement difficile" dans les deux à trois semaines qui viennent, le temps que le confinement fasse ses effets. "Parce que le virus accélère, nous devons accélérer aussi", a-t-il notamment déclaré en introduction.

Le Premier ministre a confirmé cette mesure devant les députés.

"Comme en mars-avril, les dérogations seront possibles pour faire ses courses, aller chez le médecin... mais aussi prendre l'air pendant " une heure maximum " et dans " un rayon d'un kilomètre du domicile ".

Au niveau des commerces, devraient rester ouverts: les magasins d'alimentation, supermarchés, banques, assurances, pharmacies, opticiens, tabacs-presse, pressings, bricolage, services funéraires, stations-service, loueurs et réparateurs de véhicules, hôtels et campings. A l'université, les cours en ligne seront privilégiés.

Le nouveau protocole sanitaire renforcé qui va être mis en place dans les établissements scolaires "permettra l'accueil de tous les élèves, à l'école, au collège et au lycée", a assuré jeudi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer.

Mercredi, le patron des patrons avait déjà calculé que "ce reconfinement va coûter au pays entre 50 et 75 milliards d'euros de PIB".

"L'économie ne doit ni s'arrêter ni s'effondrer ", a insisté Emmanuel Macron lors de son intervention télévisée. De même, pour le secteur culturel, il a indiqué que les répétitions, enregistrements et tournages seront autorisés. Ce sera également le cas des commerces de gros, les marchés alimentaires et évidemment les laboratoires d'analyse.

Comme au printemps, les commerces dits "non-essentiels" vont devoir fermer, les cafés, bars restaurants, les magasins de vêtements et/ou de chaussures, les centres commerciaux, les instituts de beauté, les coiffeurs ou encore les salles de sport.

Jean Castex a aussi évoqué le maintien des entraînements et des compétitions sportives pour les professionnels.

Si le reconfinement est prévu sur tout le territoire national, des "adaptations" sont toutefois prévues pour les Outre-mer, d'après les propos d'Emmanuel Macron, qui doivent encore être précisées par la gouvernement.

Le nombre de patients s'y élevait mercredi à 3.036, soit plus de la moitié des 5.800 lits de réanimation disponibles dans toute la France.

Share