David, les vérités de Lopez — Lille

Share

Opposé au Club Bruges, le LOSC s'est effectivement incliné sur le score de 2-0 avec pas moins de 12 absents dans l'effectif dirigé par Christophe Galtier.

Un an après avoir réalisé la deuxième plus grosse vente de l'histoire de la Ligue 1 grâce aux 80 millions d'euros déboursés par Arsenal pour s'attacher les services de Nicolas Pépé, Lille s'apprête de nouveau à se séparer au prix fort de deux cadres de son effectif: Victor Osimhen et Gabriel, tous les deux proches de rejoindre Naples.

Président du LOSC, Gérard Lopez s'attend à un mercato très agité. Un ouf de soulagement. S'il compte bien en réaliser plusieurs cet été et récupérer beaucoup d'argent, tout le monde n'est pas à vendre à l'écouter: "La DNCG ne nous a pas fait cette demande (de vendre pour 180 M€)".

60 millions d'euros d'investissement cet été?

Elle a réclamé un business plan, que nous lui avons fourni. Puis que je le garantisse. Ce que j'ai fait.

Après une première offre estimée à 25 millions d'euros, Lille va-t-il parvenir à s'entendre avec La Gantoise pour David? Qu'on n'acceptera pas. La vraie question est la compétitivité et l'équilibre de l'équipe. Nos priorités. Par exemple, on a des offres supérieures à 70 M€ pour Renato Sanches. Mais le champion d'Europe 2016 "ne partira pas", affirme Lopez. Le projet sportif prime. De la même manière, on va continuer à investir et à nous désendetter. Depuis l'arrivée de Gérard Lopez aux commandes du club en janvier 2017, le LOSC s'est spécialisé dans le "trading" de joueurs. À part le PSG, dites-moi? "168 M.€ sur fonds propres, peut-être 220 à la fin de l'été, ça passe inaperçu mais citez-moi quatre clubs qui font autant en France hormis Paris?", qestionne Gérard Lopez pour terminer.

Share