L'épidémie ralentit dans quelques foyers, mais continue ailleurs — États-Unis

Share

Un peu plus de deux semaines après avoir franchi le cap des 3 millions d'infections, les Etats-Unis ont dépassé jeudi celui des 4 millions de cas officiels, selon l'université Johns Hopkins, qui fait référence. Et le pays a atteint jeudi quatre millions de cas recensés, avec un million de tests positifs en quinze jours. Avec plus de 143.800 décès, les Etats-Unis sont de loin les plus endeuillés au monde en valeur absolue, devant le Brésil et le Royaume-Uni.

Ces nouveaux cas portent à 4 174 437 le nombre total de cas enregistrés depuis le début de l'épidémie dans le pays, le plus touché par le virus dans le monde, selon ce comptage établi à 20h30 par l'université basée à Baltimore.

Après avoir connu une amélioration vers la fin du printemps, les Etats-Unis voient depuis plusieurs semaines l'épidémie repartir à la hausse, notamment dans le sud et l'ouest du pays.

L'Arizona donne de l'espoir. "Beaucoup plus de gens portent des masques par rapport à il y a un mois", dit-il à l'AFP. Le pays a identifié au moins 60.000 nouveaux cas quotidiennement depuis dix jours.

Les modèles épidémiques prédisent en moyenne un pic national dans les quatre prochaines semaines, selon l'université du Massachusetts, qui agrège les modèles d'une vingtaine de centres de recherche.

La stabilisation "est sans doute en partie due aux embouteillages de tests", dit Nicholas Reich à l'AFP. La courbe des cas est repartie à la hausse mi-juin, et celle des morts remonte depuis début juillet sans signe de ralentissement.

La Floride, qui a enregistré un record de décès en 24 heures jeudi (173 morts), est l'un des Etats où l'épidémie progresse le plus ces dernières semaines. Aujourd'hui deux médicaments ont prouvé leur efficacité, les hôpitaux utilisent les respirateurs de façon plus subtile, et les malades sont plus jeunes.

Thomas Tsai s'inquiète déjà de voir d'autres régions prendre le relais, comme le Missouri.

L'erreur des États-Unis fut de brûler les étapes du déconfinement en mai, et d'avoir rouvert trop tôt, trop vite, avant que la courbe des contagions soit complètement redescendue comme en Europe.

Si un tournant était réellement atteint cet été, Thomas Tsai insiste que le pays devra avoir la patience de continuer distanciation physique, port du masque, et une politique proactive de tests, de traçage de contact et de mise à l'isolement, choses qui ont été négligées à la fin du printemps.

Share