Une seule contamination, 12 cas importés — Chine

Share

Aucun nouveau cas de contamination au coronavirus n'a été recensé à Wuhan, où l'épidémie est apparue en décembre, selon le dernier bilan ce jeudi des autorités sanitaires chinoises, mais un nombre record de cas ont été confirmés dans la capitale Pékin - tous sont des personnes arrivées de l'étranger.

C'est un cap symbolique: la Chine a annoncé jeudi zéro nouvelle contamination d'origine locale par le coronavirus.

Pour éviter que ces personnes ne se retrouvent dans la nature et ne relancent une épidémie largement endiguée en Chine, les autorités imposent désormais la mise en quarantaine de toute personne arrivant sur le sol chinois.

Le ministère de la Santé a en outre annoncé jeudi 8 nouveaux décès au cours des dernières 24 heures, portant le total à 3 245. En l'absence de nouveaux cas à Wuhan, la Chine continentale a réduit mercredi l'augmentation des transmissions locales à zéro. Il s'agit le plus souvent de Chinois rentrant de pays particulièrement touchés par le Covid-19.

La ville de Pékin a ainsi commencé à placer lundi les arrivants de l'étranger en quarantaine obligatoire de 14 jours dans des hôtels prévus à cet effet.

La Commission de la santé de la province du Hubei, dont Wuhan est la capitale, a déclaré que le nombre de morts du virus avait augmenté de huit dans la province, mais le nombre total de cas confirmés de la nouvelle maladie à coronavirus, COVID-19, à Wuhan et Hubei est resté à 50 005 et 67 800 mercredi. Les personnes vivant seules, les plus de 70 ans, les mineurs et les femmes enceintes peuvent toutefois rester chez elles.

"Nous ne devrions jamais permettre que la tendance positive obtenue au prix de grands efforts soit inversée", a mis en garde le 18 mars le président Xi Jinping lors d'une réunion du Parti communiste chinois.

Une cargaison de 1,8 million de masques destinés à l'Espagne et l'Italie était déjà arrivée en Europe la semaine dernière.

L'Italie, pays européen le plus touché, bénéficie depuis plusieurs semaines déjà de matériel et de la présence d'experts chinois.

Des spécialistes venus de Chine se sont également rendus dans de nombreux pays hors Union européenne, comme l'Iran ou l'Irak.

Pékin cherche à défendre son image écornée lors de l'apparition du virus et s'est dit "indigné" mardi de voir le président américain Donald Trump parler de "virus chinois" au lieu du terme "Covid-19" forgé par l'OMS.

Share