Coronavirus : Un premier essai clinique pour un vaccin lancé à Seattle

Share

"Mais le vaccin restera intéressant, car on ne sait pas si après avoir fait le tour du monde le Covid-19 ne va pas revenir l'an prochain", a-t-il affirmé en outre. Quatre volontaires ont reçu le mRNA-1273, un agent antigénique développé par les Instituts de la santé américains (NIH) en collaboration avec les scientifiques du laboratoire Moderna, dans le Massachusetts. "Le premier participant a reçu le vaccin expérimental aujourd'hui", ont-ils précisé ce lundi.

Les participants vont se voir injecter différentes doses dans le tissu intramusculaire de la partie supérieure du bras. Les injections seront réalisées avec un dosage différent afin de surveiller les effets secondaires qui peuvent suivre, comme de la fièvre et des douleurs.

Comme le note le journal, les coronavirus ont l'apparence d'une couronne.

Ce produit contient l'information génétique des spicules, les "pics" du coronavirus, une substance que les scientifiques appellent "messager ARN".

Le laboratoire allemand CureVac espère ainsi être en mesure de demander l'autorisation de passer en phase de test clinique d'un vaccin expérimental sur des êtres humains d'ici juillet.

Les recherches pour l'identification d'un traitement efficace contre le coronavirus, mais aussi pour la mise au point d'un vaccin efficace se multiplient à travers le monde.

Les premiers essais ont été menés par le Pr Didier Raoult à l'Institut hospitalo-universitaire de Marseille. Sanofi s'est par ailleurs dit prêt à offrir aux autorités françaises des millions de doses de l'anti-paludique Plaquenil après des essais jugés "prometteurs" auprès de patients atteints du Covid-19. Une seconde injection est prévue 28 jours plus tard. Elle consiste à combiner l'ADN du virus avec l'ADN d'un virus inoffensif, pour créer une nouvelle entité cellulaire capable de provoquer une réponse immunitaire. Cette technologie est déjà à la base de leur vaccin antigrippe, et a fait preuve d'une protection partielle contre le SRAS sur des animaux. David Loew, le vice-président exécutif et responsable de Sanofi Pasteur, a estimé pouvoir disposer d'un candidat vaccin "dans moins de six mois" et potentiellement entrer en essai clinique "dans environ un an à un an et demi".

Gilead lance la dernière phase des essais cliniques en Asie, connue sous le nom de "Phase 3".

L'antiviral a été développé contre d'autres virus comme Ebola (sans être efficace) et n'a encore été approuvé nulle part.

Après la Chine et l'Europe, le Coronavirus débarque aux États-Unis. "Le Remdesivir pourrait être incorporé dans le virus lors d'une de ces réplications".

L'entreprise Regeneron essaie de son côté d'isoler les anticorps capables de lutter contre le virus puis de les administrer par intraveineuse afin d'apporter une immunité temporaire.

Share