Attestation ou justificatif professionnel, les règles à suivre pendant le confinement — Coronavirus

Share

La police nationale de l'Essonne signale dans un tweet sur son compte officiel ce mercredi 18 mars que des personnes utilisent l'attestation de déplacement dérogatoire à des fins commerciales.

- domicile - lieu de travail "lorsque ces déplacements sont indispensables pour des activités ne pouvant être interrompues, ni organisées sous forme de télétravail". "Seules sont reconnues valables les attestations officielles et les attestations sur l'honneur rédigées sur papier libre ", a-t-il indiqué.

Pour pallier ces obligations, le gouvernement a mis en place un système d'attestation de déplacement dérogatoire.

⚠️L'attestation sur smartphone n'est pas valide. Ce motif doit être un des cinq motifs prévus par l'arrêté.

- Faire ses achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés - Se rendre auprès d'un professionnel de santé - Se déplacer pour la garde de ses enfants ou pour aider les personnes vulnérables à la stricte condition de respecter les gestes barrières - Faire de l'exercice physique uniquement à titre individuel, autour du domicile et sans aucun rassemblement.

Ce document sera à remplir à chacun de vos déplacements et à garder sur vous en cas de contrôle durant toute la durée du confinement. Elle peut être majorée jusqu'à 375 euros. "Idem concernant la possibilité d'effectuer une balade en forêt, de promener son animal de compagnie ou tout simplement de prendre l'air".

En revanche, quelle que soit la situation, ces déplacements doivent être " brefs", a fait savoir le gouvernement. Différent de l'attestation individuelle de déplacement, ce nouveau document est désormais nécessaire. Pour ce faire, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé la mobilisation de 100.000 policiers et gendarmes.

Si vous ne pouvez pas imprimer votre attestation de déplacement, ne vous inquiétez pas. "Elle sera portée très rapidement à un niveau supérieur qui pourrait être de 135 € ", a précisé le ministre de l'Intérieur.

"Notre objectif n'est pas de sanctionner, mais d'en appeler à la responsabilité de tous (...)", a poursuivi le ministre.

Share