Air France-KLM compte réduire son offre de 70 à 90% — Coronavirus

Share

Face à l'épidémie de coronavirus, le groupe Air France-KLM prévoit de réduire de 70 à 90% son activité. "C'est au beau milieu de ces 13 minutes d'explications qu'il fait une pénible annonce: " Dans les mois à venir, nous allons réduire de 1 500 à 2 000 emplois, ce qui signifie que non seulement dans les semaines à venir, mais aussi dans les mois à venir, nous aurons moins de collègues " annonce-t-il à ses employés sans plus de détails et conclut froidement: " Nous pensons que c'est ce qu'il convient de faire pour éviter d'autres mesures contraignantes ".

"Le groupe estime en effet que les baisses de revenus de l'activité passage découlant de la réduction des capacités ne seront compensées qu'à hauteur de 50% environ par la baisse des coûts variables avant mesures d'économie", a indiqué Air France-KLM dans un communiqué.

Du fait de cette baisse des capacités, Air France immobilisera l'ensemble de sa flotte Airbus 380 et KLM l'ensemble de sa flotte Boeing 747.

C'est cette unique inquiétude, purement économique, qui constitue la raison de diffusion de cette vidéo: un message qui appelle tous les employés de la compagnie aérienne à se serrer les coudes et des mesures qui les placent en première ligne pour encaisser le sort inévitable qui attend la compagnie et son chiffre d'affaires. Un plan additionnel d'économies générera au cours de l'année 2020 200 millions d'euros. Par ailleurs, Air France-KLM a révisé son plan d'investissement à hauteur de 350 millions d'euros, auxquels il faudra ajouter ajouter la baisse des montants des investissements de maintenance liés à la baisse d'activité. Le groupe et ses filiales disposaient à la date du 12 mars de plus de 6 milliards d'euros de liquidités.

Dans ce contexte extrêmement difficile, le groupe Air France-KLM a accueilli positivement les déclarations exprimées par l'État Français et l'État Néerlandais qui ont indiqué chacun étudier toutes les conditions possibles d'un soutien.

Une source au ministère français des Finances a déclaré samedi qu'une montée de l'Etat français au capital d'Air France-KLM "n'est pas d'actualité aujourd'hui".

Share