La Bourse de Paris s'écroule à l'ouverture — Coronavirus

Share

Le CAC 40 tombe sous les 3800 points au plus bas depuis plus de 7 ans. À Paris, la bourse de Paris a ainsi chuté de -5,62 % à 3 886,82 points.

Concrètement, les banques centrales se sont entendues pour assouplir les conditions auxquelles elles s'échangent des devises entre elles, dans l'objectif de pouvoir garantir un approvisionnement suffisant des marchés, et au final du système économique tout entier, en dollar.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a brutalement baissé ses taux d'intérêt à zéro dimanche, tout en participant à une action mondiale concertée des banques centrales pour approvisionner le monde en liquidités. Les banques centrales ne parviennent pas à rassurer.

"Ce qu'il faut, c'est un soutien plus direct aux industries directement touchées par le virus".

"Les dernières annonces des Banques centrales n'ont pas permis de redonner confiance aux investisseurs", a commenté à Sydney la maison de courtage CommSec. Le Fonds monétaire international a par ailleurs appelé à une relance budgétaire coordonnée.

Des mesures de confinement de la population se multiplient, la Commission européenne propose de boucler l'espace Schengen et des usines de production ferment leurs portes, notamment dans le secteur automobile avec Michelin, PSA et Renault. L'Union européenne anticipe une récession en 2020 "de 2 à 2,5%", a annoncé lundi le commissaire européen chargé du Marché intérieur Thierry Breton.

Le manque de liquidités fait de plus en plus craindre aux marchés une crise financière. Et comme très souvent ces derniers jours, celui du transport aérien et du tourisme a été le plus touché (-10,06%). A New York, les trois grands indices chutent de de 8% après le déclenchement des " coupe-circuits " pendant un quart d'heure dû à une perte de plus de 7% du S&P 500 dès l'ouverture. A Paris, Crédit Agricole a perdu 11,43%, Société Générale 15,34% et BNP Paribas 13,52%.

Parmi les quelques valeurs en hausse à Paris, l'éditeur de jeux vidéos Ubisoft a gagné 3,56% et le distributeur Casino a pris 3,74%. Depuis son pic du mois de février, le CAC 40 perd désormais près de 40%.

Wall Street s'apprêtait également à plonger à l'ouverture. Au moment de la clôture en Europe, les dégâts étaient toujours aussi importants.

Les marchés pétroliers sont eux aussi en forte baisse. Les marchés sont tétanisés par les craintes d'une récession face à une épidémie qui semble ralentir dans son berceau asiatique, mais se propage sur les autres continents.

La monnaie japonaise faiblissait aussi face à l'euro, qui s'échangeait pour 119,30 yens contre 118,65 yens la veille.

Sur le marché des changes, l'euro remontait par rapport au dollar à 1,1139 dollar contre 1,1088 vendredi à 19H00 GMT.

La Fed a de nouveau abaissé ses taux par surprise dimanche de 1 point, les ramenant dans une fourchette comprise entre 0 et 0,25%, en raison des conséquences économiques de l'épidémie de nouveau coronavirus, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Le baril de Brent de la mer du Nord cédait lui 5,11% à 32,12 dollars le baril.

Share