Trump déclare l'état d'urgence, et serre des mains dans la foulée — Coronavirus

Share

Le président américain Donald Trump, accusé d'avoir dans un premier temps minimisé la gravité de l'épidémie de Covid-19, a déclaré vendredi l'état d'urgence aux Etats-Unis.

Les élus démocrates du Congrès lui ont expressément demandé d'activer ce dispositif pour financer différentes initiatives telles que des structures de soins provisoires.

Cette initiative forte, le plus souvent utilisée pour des catastrophes naturelles, permettra à l'État fédéral d'allouer des ressources pour venir en aide aux autorités locales.

Dans une allocution télévisée à partir de la Maison Blanche, Trump a indiqué que cette action "ouvrirait l'accès à jusqu'à 50 milliards de dollars", notant qu'il s'agit d'une "grande somme d'argent pour les États, les territoires et les localités dans notre lutte commune contre cette maladie". Mais elle n'a servi qu'une fois pour lutter contre une épidémie: en 2000, le président démocrate Bill Clinton s'en était servi pour faire face à l'explosion de cas de contamination au virus du Nil occidental dans le New Jersey et à New York. Celle-ci l'autorise à invoquer des pouvoirs extraordinaires.

Cette déclaration a permis d'interdire aux voyageurs en provenance de Chine, d'Iran et désormais d'une bonne partie de l'Europe, d'entrer sur le sol américain, et de placer en quarantaine certaines personnes infectées à leur retour de l'étranger.

La Chambre des représentants américaine a approuvé samedi à l'aube, à une large majorité, un train de mesures visant à atténuer l'impact du coronavirus sur l'économie du pays. A la fin février, l'Agence américaine de gestion des situations d'urgence (Fema) disposait de plus de 42 milliards de dollars de fonds fédéraux.

"Le but est que les individus puissent conduire et être testés sans avoir à quitter leur voiture", a poursuivi le président Trump.

Par ailleurs, les réserves stratégiques de pétrole des États-Unis vont être portées à leur maximum, pour profiter des prix très bas et soutenir les producteurs.

Share