"MbS" approuve le lancement de l'IPO de Saudi Aramco dimanche — Marché

Share

Se référant à ses propres sources, Reuters a appris en amont que pour coordonner son entrée en bourse, Saudi Aramco avait choisi neuf banques, dont deux saoudiennes: JP Morgan, Morgan Stanley, Bank of America Merrill Lynch, Goldman Sachs, Credit Suisse, Citi, HSBC, National Commercial Bank et Samba Financial Group.

L'introduction en Bourse devrait valoriser l'entreprise entre 1500 et 1700 milliards de dollars, soit la plus grosse capitalisation mondiale, selon une source proche du dossier.

L'entreprise a confirmé dimanche son intention d'entrer en Bourse sur le marché financier de Ryad, en décrivant cette opération comme une "étape significative" de l'histoire du géant pétrolier saoudien. Et jette une incertitude: Aramco est-il toujours décidé à céder 5% de son capital ou va-t-il revoir ses ambitions à la baisse pour son baptême boursier?

L'opération a lieu dans le cadre du plan "Vision 2030", initié par le prince héritier Mohammed ben Salmane, qui vise à préparer la plus grande économie arabe à une ère postpétrolière. La société la plus rentable au monde attend l'intérêt des investisseurs du monde entier pour ses actions et est prête à travailler avec tous sans exception aucune, a déclaré son président, Yasir al-Rumayyan, à la chaîne de télévision Al-Arabiya. Pour la partie (internationale), nous vous le ferons savoir en temps utile.

Depuis les années 1990, Aramco a investi des centaines de milliards de dollars dans des projets d'expansion, portant sa capacité de production à plus de 12 millions de barils par jour. En 2018, l'homme fort du royaume avait décidé de reporter l'opération parce que la capitalisation calculée par les banquiers, après des rencontres avec de potentiels investisseurs, était en dessous de ce seuil.

Pour 2018, elle a fait état de 111,1 milliards de dollars de bénéfices, soit plus que les bénéfices combinés d'Apple, de Google et d'Exxon Mobil.

L'introduction en Bourse avait été envisagée depuis 2016 et le prince Mohammed ben Salmane avait réclamé une capitalisation à 2000 milliards de dollars.

Aramco, qui produit environ 10 % du pétrole mondial, est considéré comme le joyau économique du royaume et le pilier de sa stabilité économique et sociale.

C'est pourquoi, selon les analystes, ce sont dans un premier temps les richissimes familles saoudiennes qui devraient participer à cette introduction en bourse.

En ce qui concerne l'évaluation d'Aramco, les autorités saoudiennes doivent trouver "un compromis entre la préférence déclarée du prince héritier et les réalités du marché", a estimé Kristian Ulrichsen, chercheur à l'Institut Baker de l'Université Rice aux États-Unis. L'entreprise a précisé sur son site internet que le montant de l'offre serait déterminé à une date ultérieure.

"Une fonction importante de l'introduction sur la Bourse locale est de projeter de la confiance dans l'entreprise à destination du marché international", indique Cinzia Bianco, chercheur à l'European Council on Foreign Relations.

Share