Des abus loin d'être enterrés — Pompes funèbres

Share

A quelques jours de la Toussaint, l'association de consommateur UFC- Que Choisir publie une vaste enquête faite auprès des pompes funèbres. Pour une inhumation, le prix total des obsèques s'établit en moyenne aujourd'hui à 3 815 €, contre 3 350 € en 2014, soit une augmentation de 14 % en cinq ans. Le tarif de certaines prestations standardisées peut parfois varier du simple à plus du décuple! Par exemple, la mise en bière peut être facturée de 30 € à 450 € et l'ouverture et la fermeture du caveau de 95 € à 880 €. C'est toutefois pour le cercueil que l'on constate les plus grandes différences: pour une même demande d'un cercueil en chêne simple, les prix proposés vont de 490 € à 1576 €.

L'association met en demeure 470 sociétés de pompes funèbres de se conformer à la réglementation et enjoint les pouvoirs publics à mettre en place des sanctions pécuniaires dissuasives et à simplifier le devis-type.

L'UFC Que Choisir dénonce également une flambée tarifaire de la crémation, qui se révèle loin d'être une solution plus économique que l'inhumation. Le prix moyen relevé est de 3 986 euros, soit 377 euros de plus par rapport à 2014. La progression du prix global de la crémation est imputable notamment aux crématoriums qui, avec un nouveau règlement datant de 2018 sur le traitement des fumées, ont dû augmenter leurs prix.

Alors qu'il s'agit d'un secteur où les consommateurs ne sont pas toujours dans des dispositions psychologiques propres à comparer les prix, il est particulièrement regrettable que le comportement des professionnels ne favorise en rien les comparaisons. Malgré l'obligation, depuis 2010, de présenter un devis type, l'enquête par "clients mystères " menée par UFC-Que Choisir montre que, alors que ces derniers ont l'obligation de remettre gratuitement un devis écrit, détaillé et chiffré, dans plus d'un cas sur cinq (22%), les pompes funèbres refusent de le fournir. Et lorsqu'il est fourni, dans 65% des cas le devis n'est pas conforme au modèle imposé par décret. Résultats détaillés dans le Que Choisir n° 585 actuellement en kiosque.

Share