Gaza - Le Hamas et Israël conviennent d'une trêve à compter de vendredi

Share

Les affrontements ont débuté après la grande prière musulmane du vendredi à laquelle ont participé une foule de Palestiniens, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Ces violences à Jérusalem-Est ont ensuite dégénéré en escalade militaire entre l'armée israélienne et des groupes armés palestiniens dans la bande de Gaza, en affrontements en Cisjordanie occupée et dans des villes " mixtes " d'Israël où vivent des Juifs et des Arabes.

Deux délégations égyptiennes doivent être envoyées en Israël et dans les Territoires palestiniens "pour surveiller" le respect du cessez-le-feu, selon des sources diplomatiques égyptiennes.

Des projectiles ont été lancés en direction des forces israéliennes présentes sur l'esplanade, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, a rapporté la police.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, Israël et le Hamas ont annoncé un cessez-le-feu, après onze jours d'affrontements ayant fait 243 morts palestiniens - dont 66 enfants - et 12 morts en Israël - dont deux enfants. Ni nous, ni les enfants n'avons pu dormir à cause des bombardements.

Les secouristes recherchent toujours dans les décombres des survivants après avoir retiré cinq dépouilles ainsi qu'une dizaine de survivants dans des tunnels souterrains bombardés par l'armée israélienne.

Et le chef de la diplomatie Antony Blinken doit se rendre au Moyen-Orient "dans les prochains jours". Selon Reuters, le cabinet de sécurité israélien a indiqué jeudi soir avoir voté à l'unanimité en faveur d'une trêve mutuelle et inconditionnelle à Gaza sur proposition de l'Égypte, qui a œuvré en médiateur.

A partir, du 10 mai, le Hamas a tiré une série de roquettes en direction de l'État hébreu.

Il faisait allusion à l'occupation par Israël du territoire palestinien de Cisjordanie et du secteur palestinien de Jérusalem depuis 1967. "Tant qu'il n'y aura pas de solution politique, les deux nations continueront la lutte", a déclaré Tal Nissimov, un Israélien de Tel-Aviv, touchée par des roquettes palestiniennes.

A l'étranger, Berlin a salué le cessez-le-feu mais estimé qu'il fallait désormais "s'attaquer aux causes profondes" du conflit israélo-palestinien qui dure depuis plus de 50 ans. Rappelons que depuis quelques semaines, la situation entre la Palestine et Israël s'est véritablement dégradée. A l'origine des heurts, la menace d'expulsion de familles palestiniennes au profit de colons israéliens.

D'après l'armée, le Hamas et le Jihad islamique ont lancé plus de 4.300 roquettes, des tirs d'une intensité inégalée contre Israël.

Share