Gaza: Biden veut une "désescalade" immédiate, Israël attend "le moment opportun"

Share

"Nous étudions la question du moment opportun pour un cessez-le-feu" mais "nous nous préparons pour plusieurs jours" d'opération supplémentaire, a indiqué un responsable de l'armée, ajoutant qu'Israël vérifiait si son offensive avait "atteint ses objectifs".

Les tirs de roquettes par les groupes armés dont le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans l'enclave palestinienne de Gaza, et les frappes aériennes israéliennes se sont poursuivis mais ont semblé baisser en intensité à l'heure où les tractations en coulisses s'intensifient en vue d'un cessez-le-feu. Mais la France a annoncé avoir présenté une résolution appelant à un cessez-le-feu, en coordination avec l'Égypte et la Jordanie.

Un journaliste travaillant pour la radio Al Aqsa, affiliée au Hamas, a été tué dans un bombardement sur son domicile dans le nord de la bande de Gaza, ont rapporté les autorités locales.

Dans le sud d'Israël, la nuit a été rythmée par les sirènes d'alarme pour alerter des tirs de roquettes et les sifflements du bouclier antimissiles israélien, qui intercepte jour et nuit les tirs depuis la bande de Gaza.

Sur un autre front, de nouvelles roquettes tirées du Liban ont pour la première fois atterri en Israël, mais sans faire de victimes selon l'armée. Celle-ci a répliqué par des tirs d'artillerie sur des "cibles" dans le sud du Liban. Après une dizaine de jours d'affrontements, l'État hébreu a indiqué ce mercredi qu'il étudiait l'opportunité d'un "cessez-le-feu".

L'armée, a-t-il ajouté à des journalistes, veut " réduire les capacités " militaires du Hamas considéré comme une organisation " terroriste " par Israël et des pays occidentaux.

Dans ce sprint diplomatique, le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas est attendu jeudi à Jérusalem et en Cisjordanie, territoire palestinien séparé géographiquement de Gaza et occupé par Israël.

Quelque 72.000 personnes y ont été déplacées et 2.500 ont perdu leur maison dans les bombardements, selon l'ONU.

Depuis le début, le 10 mai, de ce nouveau cycle de violences, au moins 219 personnes, dont 63 enfants, ont été tuées dans des raids israéliens sur la bande de Gaza selon le ministère de la Santé local.

Des livraisons d'aides internationales ont été annulées par Israël, après des tirs palestiniens sur des points de passage vers Gaza, selon l'armée israélienne. "Les deux parties ont une responsabilité claire de nous faciliter de tels mouvements ".

Alors que le conflit qui a lieu depuis le 10 mai, a déjà fait près de 240 morts des deux côtés, Israéliens et Palestiniens ont affirmé n'avoir pas encore un calendrier pour la fin des escalades alors que sur le plan international, les appels se multiplient pour un cessez-le-feu.

Et les tensions restent aussi vives dans les villes mixtes d'Israël entre Juifs et Arabes israéliens, les descendants des Palestiniens restés sur leur terre à la création d'Israël en 1948, qui se disent victimes de " discrimination ".

Share