Crise entre Rabat et Madrid : des milliers de Marocains rejoignent l'Espagne

Share

Combien de migrants ont pu passer la frontière?

"Bien que l'Agence de Presse Espagnole EFE n'ait relayé que de bonnes paroles de la cheffe de la diplomatie espagnole qui se contentée de rejeter l'afflux des migrants gentiment, l'ambassadrice marocaine n'a pas manqué de faire savoir de manière abrupte et sans équivoque la position du Maroc dans la foulée de la crise diplomatique entre les deux pays".

Avertissant que son gouvernement sera " très ferme", le chef du gouvernement Pedro Sanchez, a affirmé que Sebta est un territoire espagnol qui sera défendu par l'Espagne par tous les moyens et a annoncé son départ vers Sebta et Melilla, les deux enclaves occupées par l'Espagne sur le territoire marocain. Cette dernière a été limpide dans ses propos en faisant porter le chapeau à l'Espagne qui réclame une relation d'amitié et de coopération de la part du Maroc et, d'un autre côté, complote avec les Algériens pour faire entrer illégalement le criminel Brahim Ghali.

Quelque 200 policiers supplémentaires ont été envoyés à Ceuta en soutien aux 1 200 agents qui gardent actuellement la frontière avec le Maroc.

Sur la plage, où ces migrants arrivent à la nage, les forces de l'ordre espagnoles, qui ont déployé des blindés et utilisé des gaz lacrymogènes, ont mis en place un cordon de sécurité pour les empêcher d'aller plus loin que la rive.

L'Espagne a également convoqué, Karima Benyaich, l'ambassadrice du Maroc en Espagne pour protester.

Un journaliste de l'AFP du côté marocain de la frontière a vu des groupes composées de jeunes Marocains, avec des femmes et des enfants, tenter de nouvelles percées à travers le grillage frontalier avant d'être interceptés et chassés par les autorités marocaines.

Ces migrants voient dans cette traversée leur unique chance de subsister. Parmi eux, un homme a trouvé la mort en se noyant, selon la préfecture.

Selon Isaias Barreñada, professeur de relations internationales à l'Université Complutense de Madrid, cet afflux de migrants n'est "pas un hasard" et "un message fort" de la part de Rabat, car des milliers de personnes "n'entrent pas ainsi de façon spontanée" à Ceuta.

Les relations diplomatiques entre Rabat et Madrid se sont tendues depuis l'accueil, fin avril, en Espagne du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali pour y être soigné, le Maroc allant jusqu'à convoquer l'ambassadeur espagnol pour lui signifier son "exaspération". Ennemi juré de Rabat, le Front Polisario revendique l'indépendance du Sahara occidental, qui fut jusqu'en 1975 une colonie espagnole, mais que le Maroc considère comme partie intégrante de son territoire. L'Espagne n'ayant pas informé Rabat.

Share