Palestine : Amnesty fustige l’usage de la force par Israël

Share

"Cessez immédiatement les tirs. Une guerre à Gaza serait dévastatrice et ce sont les gens ordinaires qui en paieraient le prix", a tweeté Tor Wennesland. La nouvelle session à huis clos a été demandée par la Tunisie, la Norvège et la Chine.

La première réunion lundi s'était soldée sans aucune déclaration commune en raison de réticences des États-Unis à adopter un texte " à ce stade ".

L'escalade militaire entre le Hamas et Israël s'intensifiait dans la nuit de mardi à mercredi avec des centaines de roquettes lancées par le mouvement islamiste sur la métropole israélienne Tel-Aviv et un déluge de feu de l'armée israélienne sur la bande de Gaza. "Aucun pays souverain n'accepterait qu'on tire sur sa population, nous non plus nous ne l'acceptons pas", a-t-il affirmé, après la mort mardi de trois personnes en Israël dans des frappes de roquettes tirées depuis Gaza.

Selon un dernier bilan de l'armée israélienne peu avant minuit, plus de 150 roquettes avaient été tirées de Gaza vers Israël, dont des "dizaines" ont été interceptées par le bouclier antimissile "Dôme de fer". "Si (Israël) veut une escalade, la résistance est prête et si (Israël) veut arrêter nous sommes prêts aussi", a déclaré mardi soir Ismaïl Haniyeh, le chef du Hamas, dans une allocution télévisée. Le Soudan, quant à lui, a qualifié les mesures prises contre les Palestiniens à Jérusalem de " répression " et d'" action coercitive ". le Soudant a en outre, exhorté le gouvernement israélien à " s'abstenir de prendre des mesures unilatérales diminuant les chances d'une reprise des négociations de paix ". L'organisation a par ailleurs indiqué que les forces de l'ordre israéliennes ont fait usage de la force sur les manifestants palestiniens durant plusieurs semaines, dans la localité de Jérusalem-Est.

La flambée de violences entre le Hamas et Israël fait suite à plusieurs jours de heurts à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville illégalement occupé et annexé par Israël, selon le droit international.

- AFP La possible éviction de familles palestiniennes du quartier de Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, au profit de colons israéliens est l'un des éléments clés au coeur des tensions ces derniers jours à Jérusalem.

Share