Trump remonte dans l'arène à la grand-messe des conservateurs américains

Share

De retour dans l'arène politique face à une foule de conservateurs enthousiastes, l'ancien président a affirmé dimanche que la survie des Etats-Unis dépendait des conservateurs.

"Nous sommes engagés dans une lutte pour la survie de l'Amérique telle que nous la connaissons", a lancé dimanche 28 février le milliardaire américain à la grand-messe annuelle des militants conservateurs à Orlando, en Floride. "(.) A la fin, nous gagnons toujours".

Une première apparition publique depuis son départ de la Maison Blanche, au cours duquel il s'est positionné en tant que leader du parti républicain.

"Je me tiens devant vous aujourd'hui pour déclarer que le trajet incroyable que nous avons entamé il y a quatre ans est loin d'être fini", a assuré M. Trump. "Et à la fin, nous l'emporterons". Nous ne nous concentrons certainement pas sur ce que dit le président Trump " à la Convention, avait déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, à la presse la semaine dernière. Je peux même décider de les battre une troisième fois.

Ils ont aussi répété les mensonges voulant que Donald Trump ait essuyé un revers en novembre parce que l'élection a été "truquée", des mensonges maintes fois rejetés par des juges, des officiels républicains et même le propre gouvernement de M. Trump.

Читайте также: Rappeur incarcéré en Espagne: des dizaines d'arrestations après de nouvelles manifestations

"La note désignait les enclaves libérales comme Seattle, Portland, Washington DC et New York comme des " zones de non-droit " qui " permettent l'anarchie, la violence et la destruction", ce qui fait partie du message " la loi et l'ordre " dont Donald Trump s'est emparé dans le cadre de sa campagne de réélection. Nous ne fondons pas un nouveau partis, a-t-il dit. Nous allons nous unir et être plus forts que jamais. Fait historique, sept républicains ont néanmoins voté en faveur de sa condamnation.

Donald Trump a également énuméré à la tribune les noms de tous les élus qui ont condamné son rôle dans l'assaut contre le Congrès, survenu le 6 janvier, qui s'est traduit par cinq morts (dont un policier) et des dizaines d'arrestations.

Banni des réseaux sociaux, dont son canal de communication favori, Twitter, Donald Trump n'a pas oublié de s'en prendre à son successeur afin de se positionner comme son principal opposant. Battu en 2020, alors qu'il briguait un second mandat, par son adversaire démocrate Joe Biden, l'ancien président républicain refuse toujours d'admettre sa défaite. N'hésitant pas à dramatiser l'enjeu, il a estimé que "notre sécurité, notre prospérité et notre identité même d'Américains sont en jeu". "Débarrassez-vous en! ", a-t-il lâché.

À l'image aussi des drapeaux et casquettes des participants, pour beaucoup estampillés "Trump", et de cette immense statue dorée à l'effigie du milliardaire de 74 ans qui trône dans le hall de la conférence.

Un autre décret exécutif de Donald Trump, révoqué par Joe Biden, aurait interdit certains styles architecturaux modernes, tels que le brutalisme, pour les bâtiments fédéraux, au profit de styles classiques comme l'architecture géorgienne, l'architecture néo-grecque et l'Art déco.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2021 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Share