Accord au Sénat pour poursuivre sans convoquer de témoins — L'Avenir Procès Trump

Share

Les mots très forts du procureur démocrate, Jamie Raskin, n'ont pas suffi.

Les sept sénateurs républicains qui ont voté pour condamner comprennent le sénateur Mitt Romney de l'Utah, Susan Collins du Maine, Lisa Murkowski de l'Alaska, Ben Sasse du Nebraska et Bill Cassidy de la Louisiane, Richard Burr de la Caroline du Nord et Pat Toomey de la Pennsylvanie. Mardi, un premier vote à l'ouverture du procès a esquissé les rapports de force: 56 élus, dont six républicains, avaient jugé le procès conforme à la Constitution, même si Donald Trump a quitté la Maison-Blanche.

Les procureurs démocrates avaient annoncé plus tôt dans la journée qu'ils voulaient entendre une élue républicaine, Jaime Herrera Beutler, ce qui aurait retardé la procédure.

Cette annonce suivait la révélation que l'influent chef des sénateurs républicains, Mitch McConnell, comptait finalement voter pour acquitter Donald Trump, rendant quasi-certain l'acquittement du 45e président des États-Unis.

Le coup de théâtre a bouleversé l'ordonnancement du procès que démocrates et républicains, pour des raisons différentes, semblaient vouloir boucler rapidement. Un cas unique dans l'Histoire des États-Unis. McCarthy aurait hurlé au président qu'il était temps de mettre fin à cette folie, mais sans parvenir à le convaincre.

Interrogé jeudi sur cette dernière possibilité, Chuck Schumer, le chef de file de la majorité démocrate du Sénat, a déclaré que la décision ne serait prise qu'à l'issue du procès.

Les règles du procès lui sont favorables.

Читайте также: Un budget renforcé contre les cancers

Mêlant vidéos choc des violences et extraits choisis des diatribes présidentielles, ils ont accusé Donald Trump d'avoir renoncé à son rôle de "commandant-en-chef" pour se glisser dans les habits d'"incitateur-en-chef".

Selon eux, il a "attisé la hargne" de ses partisans pendant des mois avec un "grand mensonge": en se présentant comme la victime d'une élection "volée" suite à des "fraudes" dont il n'a jamais apporté la preuve.

L'ex-président américain est accusé d'avoir incité ses partisans réunis à Washington à marcher sur le Capitole et à s'en prendre aux parlementaires pour empêcher la certification par le Congrès de l'élection de Joe Biden.

Une fois l'assaut en cours, il a attendu de longues heures avant d'appeler ses sympathisants à "rentrer chez eux", délaissant, selon les procureurs démocrates, son serment de protéger les institutions. En tout, cinq personnes sont mortes, et des centaines ont été blessées ou traumatisées, ont-ils estimé.

" Soyons clairs, ce procès ne porte pas uniquement sur Donald Trump: il vise à faire taire et à interdire les discours que la majorité n'aime pas", a lancé M Bruce Castor.

Pendant le bref débat sur la déposition de témoins, Michael van der Veen a affirmé qu'une telle demande n'était pas justifiée parce que les propos attribués à Donald Trump ne sont pas liés à l'accusation d'incitation à la violence.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2021 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Share