Chine: l'ancien patron Lai Xiaomin condamné pour corruption a été exécuté

Share

Il avait été accusé à mort le 5 janvier 2021, suite à des affaires de corruption.

Lai Xiaomin, qui a reçu une somme faramineuse de pots-de-vin s'élevant à plus de 1,78 milliard de yuans (environ 276 millions de dollars), a été exécuté par le deuxième tribunal populaire municipal intermédiaire de Tianjin après approbation de la Cour suprême. La justice de Tianjin l'a accusé d'avoir obtenu 215 millions d'euros de pots-de-vin. Il était également accusé d'avoir tenté d'obtenir 13 millions d'euros supplémentaires, ainsi que d'un détournements de fonds public de 3,1 millions d'euros.

Les circonstances étaient aussi "particulièrement graves et les intentions extrêmement malveillantes ", estimait la cour, justifiant ainsi la sévérité de la peine prononcée à l'encontre de l'ancien patron du fonds d'investissement China Huarong Asset Management. Le patron du groupe China Huarong, dont le mode d'exécution n'a pas été précisé, avait également été reconnu coupable d'avoir "vécu longtemps avec d'autres femmes", en dehors de son mariage, dont il a eu des "enfants illégitimes". Des images d'un appartement de Pékin, censé lui appartenir, avec coffres-forts et armoires remplies de liasses d'argent liquide, avaient alors été diffusées. Lai Xiaomin, qui avait auparavant travaillé à la banque centrale et pour le gendarme des banques, assurait ne pas avoir "dépensé un seul centime".

Il convient de noter que depuis 2012, le pays a lancé une vaste campagne contre la corruption, après l'arrivée du Président Xi Jinping à la tête du Parti communiste chinois (PCC). Depuis, pas moins d'un million et demi de cadre du PCC ont été sanctionnés par la justice. Mais cette campagne est aussi soupçonnée de servir à écarter les personnalités opposées à la ligne du président. Amnesty International soutient que des milliers de prisonniers de droit commun sont exécutés chaque année dans le pays.

Share