Covid-19: la France annonce l'arrivée de nouveaux vaccins

Share

Le plan de vaccination en France n'est pas remis en cause par les délais de livraison annoncés par certains industriels, dernièrement AstraZeneca, a assuré samedi 23 janvier la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher. "Donc cet objectif sera dépassé", a indiqué la ministre. Celui du laboratoire AstraZeneca/Oxford, sous réserve de son approbation qui est prévue le 29 janvier, fait face à une " baisse de rendement " sur un site de fabrication. l a informé l'Union européenne qu'il réduirait probablement ses livraisons de vaccins d'environ 60% au premier trimestre, à 31 millions de doses, alors que la Commission européenne avait initialement réservé jusqu'à 400 millions de doses de ce vaccin.

La nouvelle du hoquet d'AstraZenca survient après que l'UE a déclaré qu'elle cherchait " clarification " de Pfizer pour de nouvelles réductions de ses livraisons, après avoir annoncé précédemment une baisse des livraisons dans le cadre de l'amélioration de la capacité de production en Belgique.

Ursula von der Leyen "a parlé ce matin par téléphone au directeur général d'AstraZeneca, Pascal Soriot, et elle a affirmé très clairement qu'elle attend qu'AstraZeneca honore les contrats et conditions prévus dans l'accord de précommande" conclu par l'UE, a indiqué un porte-parole de la Commission.

" Nous fournirons des dizaines de millions de doses en février et mars à l'Union européenne, et nous continuons d'augmenter les volumes de production ", a indiqué à l'AFP une porte-parole d'AstraZeneca, sans préciser les quantités exactes. L'Italie avait exprimé son intention d'attaquer le laboratoire américain en justice.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, avait réclamé dimanche que les entreprises pharmaceutiques fassent preuve de "transparence" sur les raisons des retards de livraison, qui touchent AstraZeneca mais également le duo Pfizer-BioNTech.

" La réduction de 20 % des fournitures de vaccins Pfizer n'est pas une estimation, mais une triste certitude", a-t-il déclaré, martelant que le droit à la santé des Italiens n'est pas " négociable ".

Le vaccin AstraZeneca/Oxford présente l'avantage d'être moins cher à produire que celui de ses rivaux.

La pandémie a fait près de 700 000 morts dans la région Europe (52 pays selon la définition AFP), où près de 32 millions de personnes ont été infectées.

Share