Le compte-à-rebours commence pour Trump — Procédure de destitution

Share

A la veille de la transmission de l'acte d'accusation au Sénat, plusieurs sénateurs républicains comme Marco Rubio ont trouvé "ce procès stupide".

Vers 19 h, les procureurs démocrates de la Chambre traverseront les longs couloirs ornés de tableaux et statues qui les séparent du Sénat pour aller présenter l'acte d'accusation du 45e président des États-Unis.

Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine a déclaré de son côté, insatisfait de la durée, que " la mise en accusation par la Chambre a été plus rapide et minimaliste que jamais, l'étape suivante ne peut pas être un procès insuffisant au Sénat ".

"Une fois les dossiers rédigés, l'exposé par les parties commencera la semaine du 8 février", a déclaré vendredi soir Chuck Schumer, le chef démocrate du Sénat, où Donald Trump doit être jugé pour "incitation à l'insurrection".

Ce dernier avait précisément suggéré d'attendre la mi-février pour entamer les débats.

"Nous avons besoin d'un procès complet et équitable, lors duquel l'ancien président pourra se défendre et le Sénat considérer toutes les questions factuelles, légales et constitutionnelles", avait-il poursuivi.

L'habile stratège avait même souligné qu'il était dans l'intérêt de la nouvelle administration d'attendre.

L'affaire de l' "incitation à l'insurrection " que l'ex président américain Donald Trump aurait orchestrée, selon les accusations des démocrates va être traitée dès lundi au Sénat. Il a toutefois laissé entendre que les républicains examineront si les propos de Donald Trump lors du rassemblement ayant précédé l'émeute étaient légalement une incitation. "Vous devez montrer de la force et vous devez être forts", avait-il lancé aux manifestants peu avant l'attaque du Capitole, qui a fait cinq morts.

Cette étape, qui implique la lecture devant les sénateurs des articles de mise en accusation visant l'ancien président, marquera l'ouverture formelle de son second procès dans le cadre de l'infamante procédure de destitution.

Il avait déjà été renvoyé en procès à la fin 2019 pour avoir demandé à l'Ukraine d'enquêter sur le fils de Joe Biden.

Depuis mercredi, les démocrates ont pris le contrôle du Sénat en plus de la Chambre.

Mais la Constitution impose un seuil des deux tiers pour condamner un président, et il faudrait que 17 sénateurs républicains se rallient aux 50 démocrates pour atteindre cette majorité qualifiée, ce qui est à ce stade très incertain.

Intervenant par ailleurs dans Meet the Press de NBC, le sénateur Mike Rounds, a qualifié le procès de destitution de Trump de perte de temps puisque celui-ci n'est plus le président des USA et que le Sénat ferait mieux de mettre d'autres sujets à l'ordre du jour comme la confirmation du cabinet du président Joe Biden. Même Mitch McConnell, qui fut l'un de ses plus solides alliés pendant sa présidence, a fait savoir qu'il n'excluait pas de le juger coupable.

Share