Covid-19 : Pasteur arrête son principal projet de vaccin, pas assez efficace

Share

Moderna a annoncé, lundi 25 janvier, que son vaccin contre le Covid-19 suscitait, dans des études en laboratoire, la production d'anticorps contre les variants du coronavirus identifiés initialement au Royaume-Uni et en Afrique du Sud.

" Les réponses immunitaires induites se sont avérées inférieures à celles observées chez les personnes guéries d'une infection naturelle, ainsi qu'à celles observées avec les vaccins autorisés contre la covid-19", a expliqué l'Institut Pasteur pour justifier sa décision de mettre fin à son projet.

L'Institut Pasteur a toutefois indiqué qu'il " poursuivra le développement d'autres candidats vaccins arrivés en fin de phase préclinique, et maintient sa forte mobilisation scientifique pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 ".

En outre, cet arrêt "ne remet pas non plus en cause la poursuite des autres projets de recherche vaccinale menés en partenariat avec Themis/Merck-MSD", basés sur le vaccin contre la rougeole, précise Pasteur.

"Le premier, administrable par voie nasale, est développé avec la société de biotechnologie TheraVectys, issue de l'Institut Pasteur et spécialisée dans la mise au point de vaccins". Selon les détails qui ont émané de ces recherches menées par l'Institut Pasteur, le produit était basé sur le vaccin contre la rougeole. Pour le concevoir et le distribuer, l'institut de recherche français s'était allié au laboratoire pharmaceutique MSD (nom du groupe Merck hors des Etats-Unis et du Canada). Mais le laboratoire prévoit en revanche de continuer ses recherches sur deux traitements contre le nouveau coronavirus.

La décision a été prise "à la suite de résultats intermédiaires d'essai clinique de phase I".
Les résultats complets sont attendus au cours du premier trimestre. Les premiers essais réalisés auraient plutôt montré leur inefficacité.

Share