Covid-19: Emmanuel Macron au chevet des étudiants

Share

Imposant avec la manière forte sa loi de programmation de la recherche à une communauté vent debout, puis expliquant dernièrement qu'on ne peut faire revenir les étudiants en cours à cause de leur manie de chaparder les bonbons contaminés qui traînent, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche vient probablement de se faire administrer le coup de grâce.

Depuis le début de la crise de la covid, l'exécutif a été très critiqué sur sa gestion de l'épidémie, notamment sur les masques, les tests et désormais la campagne de vaccination, jugée trop poussive au démarrage.

Sur Twitter, les réactions de responsables politiques n'ont pas tardé, pour fustiger une nouvelle "petite phrase" du chef de l'Etat. Dans la même veine des "Gaulois réfractaires", le président de la République a blâmé, ce jeudi midi, les "66 millions de procureurs" qui "traqueraient les erreurs". Défiance des citoyens les uns envers les autres, défiance envers les institutions. Le problème, cependant, va être de trouver des psychologues disponibles, car on sait qu'il y a actuellement une vraie pénurie.

Pour l'ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon, "si les Français renâclent, (.) n'est-ce pas aussi parce qu'ils ont été les témoins d'un pouvoir qui ne reconnait aucune erreur?"

Читайте также: Mondial de handball 2021 : Programme de l’Algérie au 2e tour

Emmanuel Macron en a donc profité pour dénoncer leur "espèce de traque incessante de l'erreur". Il s'est alors lancé dans une comparaison un peu douteuse: "Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs", a-t-il déclaré agacé.

"Aujourd'hui on a besoin de ces femmes et de ces hommes qui cherchent, qui ont cette capacité à inventer ce qui n'est pas perceptible". Car si les repas assis ne sont plus possibles, la vente à emporter l'est toujours.

"Avec cet engagement public-privé de 1,8 milliard d'euros" sur 5 ans, "dont un milliard d'euros venant directement de l'Etat", la France se dote de la "clef pour être au moins parmi les trois premiers mondiaux", sans exclure même "une ambition plus forte", a indiqué le chef de l'Etat après une visite au Centre de nanosciences et de nanotechnologies du plateau de Saclay, l'un des hauts lieux de la recherche française.

A Saclay, Emmanuel Macron doit également profiter de ce déplacement pour présenter un plan chiffré des ambitions de la France, y compris ceux des industriels, en faveur du développement des technologies quantiques.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2021 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Share