Grippe aviaire en Bigorre: "Les éleveurs avicoles sont très inquiets"

Share

L'épizootie de grippe aviaire touche une fois de plus une activité normalement prospère mais de plus en plus contestée dans le monde à cause du gavage des canards, considéré comme barbare et d'un autre temps, principalement dans le Sud-Ouest de la France, avec des canards alors que les oies à foie gras sont plutôt une spécialité alsacienne. "Depuis le 2 décembre, près de 700 000 canards ont été abattus", a détaillé Julien Denormandie. Aujourd'hui la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme.

Après de premiers cas dans le marais d'Orx dans les Landes, la maladie circule désormais activement en zone Chalosse, et dans les départements limitrophes (Gers, Pyrénées-Atlantiques, Haute-Pyrénées). Trois foyers ont par ailleurs été détectés en novembre dans des animaleries de Corse et des Yvelines.

" Force est de constater qu'on n'est pas allé assez vite", a dit le ministre, promettant le doublement des capacités d'abattage dès la semaine prochaine, à 160.000 palmipèdes euthanasiés par jour". Ce matin, le ministre visitera les services de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).

Il a réaffirmé son soutien aux éleveurs " dans la souffrance ", en soulignant qu'une " indemnisation totale est prise en charge par l'Etat, avec des avances sur les indemnisations pour qu'elles puissent arriver rapidement ". Il faut que toutes les exploitations soient nettoyées, désinfectées et que les analyses montrent qu'il n'y a plus de virus dans l'environnement " avant de réintroduire des canards dans les élevages, a rappelé Marie-Pierre Pé.

Share