Vaccin Pfizer : pourquoi les livraisons prennent du retard

Share

Ces retards, dus à des travaux temporaires sur une chaîne de production en Belgique et qui touchent toute l'Europe, ne remettent toutefois pas en cause " le déploiement global de la campagne vaccinale " en France, assure-t-on de même source.

Un flacon du vaccin Pfizer, ici en Autriche.

Le Québec devait recevoir 46800 doses du vaccin de Pfizer par semaine pour les semaines du 18 et du 25 janvier. Les ministres de la Santé de six autres pays européens - le Danemark, l'Estonie, de la Finlande, la Lituanie, la Lettonie et la Suède - ont exprimé leur " sérieuse préoccupation " dans une lettre commune ce vendredi.

Ces contre-temps, qui ont déclenché le courroux de plusieurs pays européens, n'affecteront pas les États-Unis, a précisé le laboratoire américain.

Le ministère allemand dit cependant prendre note avec regret de cette communication inattendue et à très court terme de la Commission européenne et de Pfizer, alors qu'un calendrier de livraison avait été établi jusqu'à mi-février.

Читайте также: Vaccin Pfizer : faut-il s'inquiéter des retards de livraison en Europe ?

"La révision de ce programme interviendra " dès que la France connaîtra exactement le niveau des futures livraisons ", a précisé ce même source, en affirmant toutefois que la France avait " anticipé d'éventuels retards " dans sa gestion des livraisons.

Mais ce samedi, les laboratoires allemand et américain, BioNTech et Pfizer, chargés de la fabrication des doses commandées par la plupart des pays européens, ont annoncé "un plan" qui doit permettre de limiter d'une semaine les retards de livraison du vaccin contre le Covid-19. Le patron de Pfizer "est personnellement impliqué pour réduire cette période de retards et s'assurer que ces délais seront rattrapés aussi vite que possible". La France, qui bénéficiera de ses doses au prorata de sa population, évoquait vendredi une "forte baisse" à venir.

Après son annonce relative à la réduction provisoire des livraisons de son vaccin en Europe, Pfizer s'est engagée auprès de la présidente de la Commission européenne à fournir toutes les doses prévues pour le 1er trimestre de l'année en cours. Pour compenser cette baisse, le pays va puiser dans le stock de précaution de vaccins qu'elle avait constitué à la réception des premières doses.

Cela s'ajoute au contrat déjà conclu portant sur 300 millions de doses du vaccin, autorisé depuis le 21 décembre par la Commission européenne. La France bénéficie par ailleurs aussi de doses du vaccin Moderna, en faible quantité pour l'heure (52.000 à date). Dès vendredi, l'Elysée précisait que "ce type d'aléas dans la production et la livraison de vaccins était anticipé et il faudra savoir nous adapter en permanence au fur et à mesure de l'arrivée potentielle de nouveaux vaccins et du rythme réel des livraisons".

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2021 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Share