Téléphonie mobile : la France déploie la 5G

Share

"La 5G ne doit pas faire peur c'est une formidable opportunité pour construire une société plus sobre, plus efficace, avec une gestion de la ville améliorée, alors que le pays était devenu une destination principale des investisseurs, Je pense qu'il est extrêmement important de ne pas perdre des points à cause de sujets comme la 5G", a-t-il expliqué. C'est seulement après que les clients pourront enfin mettre la main sur leurs offres mobiles 5G.

Maire de Nice depuis 2008, Christian Estrosi est un adepte de l'utilisation des nouvelles technologies dans l'espace urbain, se prêtant à des expérimentations parfois controversées comme la reconnaissance faciale et s'en prenant régulièrement à la Commission nationale informatique et libertés (Cnil). Pour le PDG d'Orange, Stéphane Richard, les ventes de forfaits 5G ne vont "pas atteindre de gros volumes cet hiver". L'opérateur filiale du groupe Altice proposera quatre offres 5G - toutes avec appels, SMS et MMS illimités. Orange a frappé très fort en présentant des offres 5G à partir de 24,99 euros par mois pendant 12 mois, puis 29,99 euros par mois.

Dans le cas d'Orange et Bouygues, les deux opérateurs doivent encore attendre le feu vert de l'Agence nationale des fréquences. Pour de nombreux maires écologistes et de gauche, le lancement de la 5G est précipité et nécessiterait un moratoire en attendant que l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) rende son rapport final en mars 2021 sur la nocivité ou l'innocuité des ondes électromagnétiques sur la santé humaine. Mais aussi à Paris dont le conseil a voté, début octobre, la création d'une conférence citoyenne sur la 5G. La ville annonce que la moitié de sa population pourra en profiter.

La 5G est la promesse d'un réseau bien plus rapide que l'actuel 4G, mais il est inutile de chercher son logo sur votre écran.

Cependant le déploiement de ce réseau fait face à une contrainte d'ordre technique, liée à l'installation des antennes 5G qui fleurissent en France dans les neuf villes ou les tests sont retenues. "Aux États-Unis, le gouvernement américain a imposé aux opérateurs de ne pas travailler avec des opérateurs chinois et, à ce titre, les a indemnisés", a encore souligné Grégory Rabuel. Un accord signé en janvier 2018 entre le gouvernement, l'Arcep et les opérateurs ambitionne de résorber les " zones blanches", territoires non couverts par les réseaux mobiles de dernières générations, en France d'ici à 2022.

Share