La France ordonne l'abattage de 1000 visons contaminé par la COVID-19

Share

Un élevage de 1000 visons a dû être abattu après des cas de Covid-19 parmi ces animaux annonce le gouvernement dans un communiqué ce dimanche. "L'élimination des produits issus de ces animaux" a aussi été décrétée.

Ces derniers jours, plusieurs pays européens ont rapporté des contaminations d'élevages de visons, principalement au Danemark, avec la découverte récente d'un virus variant, mais aussi aux Pays-Bas puis en Suède et en Grèce, et des cas isolés ont été détectés en Italie et en Espagne. Un autre élevage est indemne " et "des analyses sont encore en cours dans les deux derniers ", précise le communiqué.

Les tests pratiqués sur les éleveurs des quatre élevages se sont par ailleurs tous révélés négatifs et une surveillance renforcée a été mise en place pour quatre personnes en lien avec l'élevage contaminé. Il est la seule espèce connue à ce jour à l'origine de contamination inter-espèces, en l'occurrence vers l'Homme et le chat, rappelle l'Anses, qui dans un avis récent a relevé le fait qu'aujourd'hui les animaux ne jouaient pas de rôle dans la propagation du Covid-19.

Le gouvernement français a souligné dimanche l'importance des gestes barrières dans ce contexte aussi: pour protéger les visons d'une contamination à partir du personnel s'occupant des élevages, mais aussi, par précaution, pour éviter les contacts entre animaux éventuellement infectés et les employés.

Avec quelque 20 000 visons d'élevage en France, selon le ministère de l'Agriculture, la France est cependant loin du problème du Danemark, premier exportateur mondial avec un cheptel de 15 à 17 millions de têtes. En cause: la crainte d'une mutation du coronavirus qui, transmis à l'homme, rendrait inopérants les vaccins en cours de développement. Les autorités danoises ont indiqué jeudi que cette mutation était très probablement éteinte.

Share