Confinement: Macron dit vouloir mettre fin à 'l'incertitude

Share

Près de 300 malades du Covid-19 sont décédés au cours des dernières 24 h, mais le nombre de patients en réanimation poursuit sa décrue pour le cinquième jour consécutif, selon les statistiques officielles publiées samedi. Aujourd'hui, le niveau de circulation du virus dans le pays est le même qu'au moment du couvre feu.

Le pic épidémique semblant franchi, le président promet d'utiliser son allocution télévisée, mardi à 20H, pour apporter "de la clarté" et "un cap" sur la crise sanitaire.

Alors que les autorités sanitaires constatent une lente amélioration de la situation du Covid-19 en France, Emmanuel Macron a indiqué dans les colonnes du Journal du Dimanche sa volonté de mettre fin à "l'incertitude" sur la crise sanitaire en apportant "de la clarté" et "un cap". "C'est difficile, car la pandémie est par essence imprévisible et mondiale". "Savoir ensemble où nous allons et comment y aller".

La popularité d'Emmanuel Macron à ce stade de son mandat est, selon cette étude, supérieure à celle de ses prédécesseurs immédiats Nicolas Sarkozy (32%) et François Hollande (27%). Nous devons être au rendez-vous de l'Histoire.

Néanmoins, le chef de l'Etat veut rester optimiste et confiant.

Également interrogé dans le JDD, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement explique que les assouplissements du reconfinement se feront en trois étapes: autour du 1er décembre, avant les congés de fin d'année et à partir de janvier 2021. Le plus inquiétant pour lui est que sa cote baisse surtout dans les catégories les plus macronistes: parmi les retraités (- 6 points), les électeurs d'Emmanuel Macron (- 7) et ceux de François Fillon (- 5). "Et la France a tous les atouts pour l'être". Mais "certains établissements, comme les bars et restaurants, continueront à connaître des restrictions".

Concrètement, la réouverture des commerces est prévue "autour du 1er décembre", avec des protocoles adaptés. Par ailleurs, l'attestation pour se déplacer restera en vigueur. Ainsi, comme il l'évoquait à Ouest France cette semaine, le porte-parole du gouvernement avance l'idée d'un isolement forcé et contrôlé des personnes contaminées. "Beaucoup de nos voisins l'ont fait et j'entends des Français qui estiment subir des contraintes qui pourraient être allégées si nous concentrons les efforts sur les chaînes de contamination", fait-il valoir.

Les interventions de ces secteurs se sont multipliées ces derniers jours pour attirer l'attention de l'exécutif sur leurs difficultés, tandis que montait la critique des oppositions.

Share