Didier Raoult dénonce un "complot très haut placé"

Share

C'est donc logiquement que le directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU), basé à Marseille, a porté plainte auprès de l'Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône contre le vice-président de cette instance chargé de la déontologie, pour "non-confraternité". Cette procédure a été enclenchée à la suite de la saisine du conseil de l'Ordre par la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF).

Didier Raoult a décidé de passer à l'offensive. "J'ai une délibération de l'Ordre qui m'explique qu'il a violé un certain nombre d'articles de déontologie". Je n'ai aucune difficulté à ce qu'il exerce son rôle. "Ma difficulté, c'est qu'il a ouvert une boîte de Pandore qui est celle de se faire le gestionnaire de la bonne parole en tant de crise", disait-il.

Ce mercredi 18 novembre, Didier Raoult s'est exprimé pour la première fois depuis les accusations de l'Ordre des médecins à son encontre.

"Je savais depuis longtemps qu'il y avait un complot très très haut placé". On m'a dit "Tu sais Didier, il va y avoir une plainte au Conseil de l'Ordre des médecins". "Il va y avoir une plainte aussi auprès du procureur de la République de Marseille".

Interrogé par Jean-Marc Morandini sur CNews sur ce sujet, le Pr Raoult a répliqué. Je le sais depuis plusieurs mois, donc je ne suis pas du tout surpris. Résumé: "Trop haut", a-t-il prévenu, "il y a longtemps", dit-il, "victime d'une conspiration "médico-politique", tout en refusant d'aller jusqu'à nommer le ministre de la Santé, Olivier Véran". "Je crois que notre pays n'a pas géré cette maladie comme une maladie, mais comme une affaire purement politique sans se préoccuper du soin et avec une vision qui pense qu'il existe une autorité scientifique qui s'impose au scientifique", a estimé le professeur.

Share