Un responsable de la sécurité des élections américaines limogé par Donald Trump

Share

Il y a eu des irrégularités et des fraudes massives - y compris des votes de personnes décédées, des observateurs auxquels l'accès aux bureaux de vote a été interdit, des "pépins" dans les machines de vote qui ont changé des votes de Trump à Biden, des votes tardifs et bien d'autres choses encore, a lancé Donald Trump, contredisant les conclusions maintes fois présentées par celui qu'il vient de mettre à la porte. Selon l'agence Reuters, il avait confié à ses collaborateurs, la semaine passée, qu'il s'attendait à être limogé. Chris Krebs, directeur de l'agence de cybersécurité et de sécurité, s'efforçait ces derniers jours de rejeter les accusations de fraude électorale de grande ampleur émises par Donald Trump.

" La récente déclaration de Chris Krebs sur la sécurité des élections de 2020 était très inexacte, puisqu'il y a eu des irrégularités et des fraudes massives ", a écrit le président sortant dans un tweet".

" Ce fut un honneur", a réagi l'intéressé dans un tweet assorti du hashtag #Protéger2020.

Donald Trump persiste à contester sa défaite à la présidentielle américaine.

Sur son compte Twitter personnel, Chris Krebs s'est dit honoré d'avoir servi son pays.

"Il n'existe aucune preuve d'un système de vote ayant effacé, perdu ou changé des bulletins, ou ayant été piraté de quelque façon que ce soit ", avait indiqué la CISA dans un communiqué. "Il est pathétique, mais tristement prévisible, que le maintien et la protection de nos processus démocratiques soient une cause de licenciement", a dénoncé le chef démocrate de la puissante commission du renseignement de la chambre des représentants, Adam Schiff. L'ancienne candidate à la présidentielle, la sénatrice Elizabeth Warren a qualifié le limogeage "d'abus de pouvoir" par un président "faible et désespéré".

Chris Krebs dirigeait cette agence depuis sa création, en 2018, par l'administration Trump.

Le sénateur républicain Richard Burr a pour sa part estimé que Chris Krebbs et son équipe "ont œuvré sans relâche pour renforcer notre infrastructure électorale".

En face, le président américain élu, Joe Biden, continue ses préparatifs pour son futur mandat. Son numéro 2, Matthew Travis, a annoncé sa démission mardi soir.

Share