Covid-19 : Moderna annonce que son vaccin a une efficacité de 94.5%

Share

Ses biologistes avaient déjà commencé à tester un premier " candidat-vaccin " en avril dernier.

L'avantage du vaccin de Moderna par rapport à celui de Pfizer, présenté comme efficace à 90%, est qu'il ne nécessite pas d'être stocké à des températures aussi basses de moins 70 degrés Celsius.

Cela signifie que le risque de tomber malade du Covid-19 a été réduit de 94.5% entre le groupe placebo et le groupe vacciné du grand essai clinique en cours aux États-Unis: en l'occurrence, 90 participants du groupe placebo ont attrapé le Covid-19, contre 5 dans le groupe vacciné.

Mais si ce niveau d'efficacité était le même dans la population générale, ce serait l'un des vaccins les plus efficaces qui existent, comparable à celui contre la rougeole, efficace à 97% en deux doses, et bien meilleur que contre la grippe (19 à 60%), selon les Centres américains de lutte contre les maladies.

Aucun malade grave du Covid-19 n'a été enregistré parmi les personnes vaccinées, contre 11 dans le groupe placebo.

"C'est un moment charnière dans le développement de notre candidat-vaccin contre le Covid-19", a déclaré le patron de Moderna, Stéphane Bancel, se réjouissant des "premières indications cliniques que notre vaccin peut prévenir la maladie du Covid-19, y compris la forme grave". Distribuer le vaccin le plus largement possible. Moderna prévoit de demander une autorisation de mise sur le marché "dans les prochaines semaines" aux États-Unis.

Selon la société américaine, environ 9 à 10 % des personnes vaccinées ont eu des effets secondaires légers tels que fatigue, courbatures, ou rougeur autour du point d'injection. "Cette demande devrait intervenir " dans les semaines à venir " et Moderna s'attend à ce que celle-ci se fonde sur l'analyse finale de 151 cas de Covid-19 dans la cohorte de patients, et " un suivi médian [des participants] de plus de 2 mois ".

"C'est un virus totalement nouveau, la morbidité et la mortalité sont énormes, et nous allons voir arriver plein de vaccins les uns après les autres, dont certains basés sur des technologies nouvelles, comme l'ARN messager ou les vecteurs viraux", a-t-elle expliqué aux Échos.

L'organisation de défense des contribuables, Accountable US, a calculé qu'entre le début de l'opération américaine de coordination du développement des vaccins, le 15 mai, et le 31 août les dirigeants de cinq laboratoires ont encaissé plus de 145 millions de dollars!

Share