À Tarbes, une fête clandestine à l'hôpital en plein confinement

Share

Dans la nuit de mardi à mercredi, une vingtaine d'internes en médecine de l'hôpital de Tarbes ont participé à une fête privée. La police avait été alertée vers 4 heures du matin après avoir verbalisé quatre personnes pour non-respect du confinement. Elle s'est tenue dans la résidence des internes du centre hospitalier de Bigorre.

Selon le média, dans la nuit du 11 au 12 novembre, une patrouille de police a aperçu sur le trottoir devant l'établissement de soins quatre personnes alcoolisées qui provenaient d'une fête se déroulant à proximité. "À l'intérieur, pas de masques, ou de distanciation, mais de l'alcool en quantité", rapporte ce vendredi France Bleu Béarn. Elles expliquent sortir d'une fête.

Prétendant tout d'abord qu'ils avaient l'accord de la direction de l'hôpital, les étudiants ont finalement reconnu les faits. Celui-ci a rappelé qu'en tant que futurs professionnels médicaux, ils se devaient de montrer l'exemple, surtout quand 179 personnes sont prises en charge actuellement dans les hôpitaux des Hautes-Pyrénées, dont une quinzaine en réanimation. "Ils réalisent la gravité de leur acte... parce qu'on se doit d'être exemplaire quand on travaille dans un hôpital". Le directeur du centre hospitalier de Bigorre va très vite prendre contact avec le doyen du CHU de Toulouse, dont dépendent ces médecins internes, pour juger des suites disciplinaires à donner.

Share