France : commémoration en comité restreint des attentats du 13 novembre 2015

Share

C'est dans cette atmosphère très lourde que les traditionnelles commémorations des attentats du 13 novembre 2015 ont lieu ce vendredi, en petits comités, coronavirus oblige.

De l'assassinat de Samuel Paty le 16 octobre à l'attaque dans la basilique de Nice, la succession d'attaques au cours des dernières semaines a rappelé que la vague jihadiste qui a frappé la France il y a cinq ans n'était pas totalement terminée même si elle a changé de forme.

Le Premier ministre Jean Castex a sobrement tweeté la devise de la Ville de Paris ("Battue par les flots mais elle ne sombre pas") en hommage aux 130 morts et 350 blessés des attaques perpétrées ce soir-là à l'extérieur du Stade de France, sur des terrasses de la capitale et dans la salle de spectacle du Bataclan.

La plupart des Français -93% des personnes interrogées- n'excluent pas qu'un attentat terroriste similaire à ceux que le pays a connus le 13 novembre 2015 puisse de nouveau se produire, révèle un sondage préparé par Ifop pour CNews et Sud Radio.

Des responsables de partis rendront eux aussi leur propre hommage aux victimes tandis que la Tour Eiffel s'éteindra à partir de 20H et scintillera chaque heure en mémoire de ces attaques qui ont provoqué une onde de choc mondiale.

" Ils nous frappent encore, mais avec des individus fanatisés qui utilisent des couteaux pour susciter l'effroi. Debout pour défendre nos libertés et nos valeurs", écrit le chef de l'Etat.

François Hollande, président (PS) de la République au moment de ces attentats, a considéré dans un entretien au Parisien que si "des batailles ont été emportées, la guerre n'a pas été gagnée encore" contre le terrorisme.

Selon le ministre de l'Intérieur, 48 d'entre eux ont été expulsés depuis juillet sur les 231 dans le collimateur des autorités. Surveillance judiciaire: juge d'application des peines antiterroriste; surveillance policière.

La maire de Paris Anne Hidalgo et le premier ministre Jean Castex se recueillant devant le Bataclan.

Share