Et si Amazon le reportait — Black Friday

Share

Parce que le Black Friday est un " moment attendu par les Français " (mais aussi la principale opération commerciale en France en termes de chiffre d'affaires généré), Amazon perpétuera la tradition. Au micro de RMC, Frédéric Duval le directeur général d'Amazon France s'est dit " attentif à ce qui se passe " et précise qu'il n'a encore rien décidé. On verra s'il faut le repousser. On a le temps de prendre des décisions. Les autorités parlent régulièrement et changent d'avis parfois.

Y aura-t-il un Black Friday cette année?

"Dimanche, quatre fédérations de magasins de centre-ville et centres commerciaux ont demandé au gouvernement de restreindre les ventes en ligne " aux seuls produits de première nécessité " et d'interdire le " Black Friday ". La question se pose au vu de la situation actuelle: la deuxième vague de contaminations a poussé le gouvernement à mettre en œuvre un nouveau confinement, ce qui a eu pour conséquence la fermeture de nombreux commerces et, dans la foulée, l'interdiction de vendre des produits non essentiels dans les grandes surfaces. A contrario, le Black Friday en ligne se prépare et devrait logiquement ouvrir ses portes virtuelles le 27 novembre prochain.

"Quand je vois les petits commerces qui sont fermés, évidemment que j'ai le cœur fendu et que j'ai envie de les aider pour qu'ils puissent réaliser ce que nous appelons la transition digitale ", a-t-il affirmé.

Le dirigeant rappelle également les mesures mises en place pour aider les entreprises à franchir le pas du numérique, rappelant au passage que 30% des commerçants français vendent leurs produits en ligne, contre 72% en Allemagne.

Mardi, Bruxelles a également accusé Amazon d'avoir enfreint les règles européennes de concurrence, accroissant encore la pression internationale contre les plateformes soupçonnées d'abuser de leur toute-puissance. La croissance de ces entreprises est le double de celle des ventes d'Amazon. Frédéric Duval se dit en désaccord avec les déclarations du régulateur européen: "nous faisons le contraire de ce que pense la Commission européenne ". " Selon lui, son groupe ne représente "que 1 % " du marché de la distribution en France et collabore avec 150 000 entreprises en Europe".

Alors que l'économie est en berne, les boutiques fermées et les commerces à l'agonie, le spécialiste de la vente par correspondance affiche "entre 40 et 50% de chiffre d'affaires en plus" depuis un an.

Share