Ziad Takieddine retire ses accusations visant Nicolas Sarkozy — Financement libyen présumé

Share

Le parquet national financier a précisé que les charges qui pèsent sur l'ancien président ne reposaient pas que sur le témoignage de l'intermédiaire franco-libanais, qui a récemment retiré ses accusations.

Jusqu'à cette semaine, Ziad Takieddine accusait Nicolas Sarkozy et Claude Guéant d'avoir touché de très fortes sommes pour la campagne électorale de la présidentielle de 2007.

Il se pose également des questions sur les raisons qui ont poussé Ziad Takieddine à proférer des mensonges. Il affirmait avoir lui-même remis de généreuses sommes d'argent liquide aux responsables de la campagne victorieuse de 2007.

L'ancien président de la République affirme vouloir "déposer une requête en démise en examen" et "engager une procédure pour dénonciation calomnieuse contre Ziad Takieddine".

Dans un communiqué publié ce jeudi 12 novembre, le PNF rappelle que l'homme d'affaires franco-libanais (qui se rétracte aujourd'hui) a fait l'objet de six auditions, au cours desquelles il n'est "jamais revenu sur premières déclarations".

13 février 2020 de Claude Guéant le 17 janvier 2012 et de Ziad Takieddine le 14 septembre 2011

"C'est un désastre", affirme Nicolas Sarkozy. "Nicolas Sarkozy n'a pas eu un financement libyen pour la campagne présidentielle ni M. Kadhafi ne pouvait le faire parce qu'il ne le faisait jamais", ajoute-t-il, en référence à l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

Takieddine, âgé de 70 ans, est lui-même mis en examen dans ce dossier pour complicité de corruption, de trafic d'influence et complicité de détournement de fonds publics. Mais depuis sept ans, à défaut d'une preuve irréfutable, les juges d'instruction Serge Tournaire, Aude Buresi et Marc Sommerer ont accumulé de nombreux indices accréditant la thèse d'un financement illégal de sa campagne par le régime libyen, en particulier des virements suspects versés à certains de ses proches.

Sollicitée par l'AFP, son avocate Me Elise Arfi, n'a pas souhaité réagir. Fin 2019, Mediapart avait notamment révélé qu'un de ses anciens collaborateurs, Thierry Gaubert, avait touché 440 000 euros d'argent libyen sur un compte secret ouvert aux Bahamas par le biais d'une société de Takieddine.

"Je suis donc passé d'une période où M. Hollande n'avait qu'une idée en tête: défaire ce que j'avais fait et me créer tous les problèmes possibles par tous les moyens imaginables, à une période où l'actuel titulaire de la fonction présidentielle adopte envers moi un comportement simplement républicain", avait-il confié lors d'un entretien accordé à Paris Match.

Share